XV de France : " Pas si nuls que ça " pour Plisson

le
0
XV de France : " Pas si nuls que ça " pour Plisson
XV de France : " Pas si nuls que ça " pour Plisson
Titularisé en charnière du XV de France pour la première fois depuis plus d'un an, Jules Plisson a fourni un match en demi-teinte, samedi, contre l'Angleterre. Mais le jeune ouvreur des Bleus (22 ans) préfère se concentrer sur ses progrès et, surtout, sur la bonne performance des Bleus.

Jules Plisson, pas trop sonné par le plaquage de Courtney Lawes ?
Ça m'a secoué mais ça fait partie du jeu, c'est comme ça. L'arbitre juge qu'il n'y a pas pénalité donc c'est que son plaquage était dans les règles. Mais je vous assure qu'au niveau de la nuque, j'ai bien reçu. Je n'ai pas revu les images, mais je sens que je retombe bien sur la nuque. Après, je ne sais pas si en Top 14 ce serait jugé comme ça, mais s'il a pris cette décision, c'est que c'est la bonne, c'est comme ça.



Malgré un score assez lourd, a-ton assisté à une rébellion du XV de France ?
On prend 50 points mais on en met aussi plus de 30. Je pense que votre leitmotiv a été entendu, on nous a assez reproché de ne pas envoyer assez de jeu, de ne pas essayer de nous faire plaisir sur le terrain et de vous faire plaisir à vous aussi. Ce qui ressort de ce match là c'est que nous en tant que joueurs on appris beaucoup de plaisir et que dès qu'on arrive à se faire quelques passes, qu'on arrive à déplacer un peu le ballon on est aussi dangereux que n'importe quelle nation. Après c'est sûr qu'il va falloir être un peu plus précis sur certaines choses, sur le jeu au pied, les transformations, sortir un peu plus sereinement de notre camp... On nous reproche de ne pas avoir une attaque qui prend des risques mais aujourd'hui on en a pris. Certes on a pris des contres mais ça fait partie du jeu. Il faut essayer de bâtir là-dessus et garder cette belle défense. Dès qu'on fait des passes on sait jouer au rugby.

« On a tenté »

Vous avez vécu un début de rencontre difficile avec un premier ballon perdu qui débouche sur l'essai anglais...
J'ai eu un début de match compliqué, oui. Le premier ballon, je ne le demande pas forcément mais il m'arrive dans les bras et Gaël (Fickou) me demande un petit par-dessus, je n'entends pas alors je lui envoie, ça arrive. Mais j'ai su je pense me remettre dans le match et ai réussi à ne pas me montrer frileux, à essayer d'envoyer du jeu. Depuis le début de la semaine je ne pense qu'à une chose : essayer de produire, de faire en sorte que l'équipe se sente le mieux possible en attaque. A chaud j'ai l'impression que malgré le score lourd, on a tenté.

Philippe Saint-André a soulevé un déficit de jeu au pied contre les trois gros. Il y a du boulot à ce niveau-là ?
Bien sûr qu'il y a du boulot au pied, bien sûr que ces matchs-là se jouent peut-être là-dessus. J'en prends la responsabilité, je crois que j'en loupe 4, j'aurais peut-être pu m'appliquer un peu plus et essayer de les mettre. Mais c'est comme ça, je vais travailler, je vais rentrer en club dès lundi et on va se remettre à travailler là-dessus. Surtout que toute la semaine j'ai plutôt bien tapé donc je ne me fais pas trop de souci là-dessus.

« J'ai pu me lâcher »

Le sélectionneur a aussi dit que la Coupe du monde commençait dès demain...
La Coupe du monde arrive vite, oui. Je ne sais pas quand il annoncera son groupe mais on va tous retourner en club, essayer de travailler sur certains points individuellement pour progresser. Mais dès qu'on se dépasse, dès qu'on joue au rugby, on n'est pas si nuls que ça finalement.

Pensez-vous avoir marqué des points en vue de la Coupe du monde ?
Je n'ai pas forcément marqué de points sur le jeu au pied ou sur mes transformations mais en attaque je me suis senti à l'aise, j'ai pris des risques, on a pris des risques, on a pas été frileux dans notre camp, au contraire on a essayé de se faire des passes, de déplacer le ballon et je suis satisfait de savoir qu'on a peut-être montré un autre visage de l'équipe de France. Ça faisait un an que je n'avais pas été titulaire et je sens que j'ai avancé dans mon style de jeu en sélection, j'ai pu me lâcher.

A-t-on vu l'attaque du XV de France fleurir en ce premier jour de printemps ?
Il faut prendre en compte que ça a attaqué dans tous les sens, les Anglais ont bien attaqué, on a plutôt bien attaqué aussi donc physiquement c'est compliqué, il y a plus d'espace. Je peux vous dire que selon les données GPS, en 77 minutes j'ai couru 7 600 mètres, ça doit faire 2 km de plus qu'en Top 14. Ça a vraiment couru, ça a ouvert des espaces, ça a profité à l'attaque, il va falloir trouver un juste milieu entre notre défense et notre attaque pour être le plus performant possible. Mais encore une fois je suis persuadé qu'on en a les capacités, même si on prend 50 points, au moins, on a essayé de faire du jeu.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant