XV de France : le «bonheur» de Brice Mach, le nouveau venu

le
0
XV de France : le «bonheur» de Brice Mach, le nouveau venu
XV de France : le «bonheur» de Brice Mach, le nouveau venu

Il n'y pensait pas, même s'il a souvent rêvé de voir la vie en Bleu. Et, pourtant, Brice Mach sera bien du voyage à Cardiff (Pays de Galles). Et il foulera même la pelouse du Millenium Stadium vendredi quand Dimitri Szarzewski aura fini son travail sur le terrain.

Appelé en urgence, samedi, à remplacer Benjamin Kayser lors du rassemblement des Bleus qui commençait dimanche à Marcoussis (Essonne), le talonneur de Castres (Tarn) est déjà assuré de faire partie de l'équipe qui affrontera le Pays de Galles pour la troisième journée du Tournoi des Six Nations. Et ce même si la composition du quinze de France ne sera donnée que mercredi par Philippe Saint-André.

Ils ne sont en effet que deux à évoluer à ce poste dans le groupe retenu et il en faut deux sur la feuille de match... «Oui, c'est vrai, c'est un grand honneur, marmonne le joueur de 27 ans. Tout s'est passé tellement vite.» Et il raconte la fin de la rencontre Toulon-Castres samedi, son manageur Matthias Rolland qui lui apprend sa sélection, le sac pris au vol après une douche rapide direction l'aéroport de Marseille pour atterrir à Orly une heure plus tard.

«Je n'ai aucune pression»

«Tout le monde m'a félicité ici et j'ai eu droit à une séance de bizutage, confie-t-il. Au dîner, je leur ai chanté Gabrielle de Johnny Hallyday !»

A part ça, peu ou pas d'appréhension. «Je n'ai aucune pression, ajoute-t-il. J'ai connu des épreuves dans ma vie. Il y a deux ans, on m'a détecté des nodules sur la thyroïde. Normalement, il faut huit ou neuf mois pour se remettre de cette maladie. Au bout de deux, j'étais prêt à revenir sur les terrains.» Avec une nouvelle philosophie. «Maintenant, je vis au jour le jour, conclut-il. Et je prends tout ça comme du bonheur, uniquement.»

Après ses deux victoires, contre l'Angleterre en ouverture, puis face à l'Italie, l'équipe de France tentera vendredi de poursuivre sur sa ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant