XV de France : L'Argentine en quarts, c'est vraiment mieux ?

le
0
XV de France : L'Argentine en quarts, c'est vraiment mieux ?
XV de France : L'Argentine en quarts, c'est vraiment mieux ?

En quarts de finale de la Coupe du monde, la France rencontrera soit l'Argentine soit la Nouvelle-Zélande, en fonction de son résultat contre l'Irlande dimanche. Sur le papier, prendre les Pumas parait plus abordable. Mais est-ce vraiment le cas ? Avis d'experts.

Dimanche soir, on saura. Après le match contre l’Irlande à Cardiff, on saura ce dont nos Bleus sont capables quand le niveau s’élève, mais aussi qui ils affronteront en quarts de finale le week-end suivant. En cas de succès contre le XV du Trèfle, les hommes de Philippe Saint-André, premiers de la poule D, retrouveront l’Argentine, dimanche 18 octobre à 14h. En cas de défaite, ce sont les All Blacks qui se dresseront sur la route des Français, comme il y a huit ans, samedi 17 octobre à 21h. Dans les deux cas, le match aura lieu à Cardiff, où le public tricolore garde forcément de bons souvenirs d’un quart de finale contre la Nouvelle-Zélande. Pourtant, tout pousse à penser qu’il vaut mieux éviter les coéquipiers de Richie McCaw à ce stade de la compétition.

Delaigue : « Les Blacks sont meilleurs que nous dans tous les secteurs »

Car bien que moins flamboyants qu’à l’accoutumée sur cette phase de poules, les All Blacks restent les grands favoris du Mondial anglais. Avec leur effectif de stars à tous les postes, parmi lesquelles Julian Savea, meilleur marqueur d’essais jusque-là de cette édition, les hommes de Steve Hansen restent, sur le papier, largement supérieurs au XV de France. « Indéniablement, c’est mieux de jouer l’Argentine. Les Blacks n’ont rien montré, ils sont relax, ils déroulent et n’ont pas du tout passé la surmultipliée », juge l’ancien ouvreur tricolore Franck Mesnel. « C’est très clair qu’il vaut mieux jouer l’Argentine, confirme Yann Delaigue. La Nouvelle-Zélande est la meilleure équipe du monde, même si on a eu la chance de les battre plusieurs fois en Coupe du monde. Si on les évite, c’est mieux. Ils sont meilleurs que nous dans tous les secteurs. Ce qui ne veut pas dire que sur un match on ne peut pas les prendre... » Car si les Bleus ont en effet réussi deux exploits contre la Nouvelle-Zélande en Coupe du monde (demi-finales 1999 et quarts de finale 2007), les Blacks écrasent le bilan des confrontations : 43-12. Mais l’Argentine, est-ce vraiment mieux ? Bête noire du XV de France, qui n’a battu les Pumas que cinq fois sur les quatorze derniers affrontements, l’Argentine a fait d’immenses progrès ces dernières années.

Quesada : « L’Argentine est l’une des équipes les plus régulières »

Des progrès qui coïncident avec l’introduction des coéquipiers de Juan Imhoff au sein du Four Nations, compétition dans laquelle les Pumas ont remporté leur première victoire l’été dernier en Afrique du Sud. Quand on vous parlait de progrès… Gonzalo Quesada, qui connait bien la sélection argentine pour y avoir fêté 38 sélections entre 1996 et 2003, porte un regard très juste sur le niveau de ses compatriotes. « Pour l’instant, c’est l’une des équipes les plus régulières. Toutes les équipes ont eu des hauts et des bas, beaucoup de grosses équipes ne sont pas encore réglées, mais l’Argentine a fait trois matchs très propres avec un état d’esprit remarquable et un jeu d’attaque très efficace, explique l’entraîneur du Stade Français. Ils gardent leurs points forts habituels : une belle conquête, un bel état d’esprit et un gros engagement. Là où ils ont le plus progressé, je crois que c’est dans le système offensif et leur jeu au sol. » Une régularité qui n’empêche cependant pas Quesada de penser que la France serait mieux lotie en tombant sur l’Argentine en quarts. « On verra certainement les vrais Blacks en quarts de finale. Je les avais désignés favoris avant la Coupe du monde et la phase de poules ne m’a pas fait changer d’avis. »

Elissalde : « Les Argentins ont cette aptitude à nous pourrir le jeu »

Car les Pumas ont une faille : leur effectif. Jugé un peu juste par les observateurs, l’effectif argentin a en plus été amputé de Mariano Galarza en début de Coupe du monde, suspendu neuf semaines pour un vilain geste contre la Nouvelle-Zélande. A contre-courant du discours classique, Jean-Baptiste Elissalde n’est pourtant pas convaincu qu’il faille à tout prix souhaiter affronter l’Argentine. « Les conditions climatiques vont se dégrader, on est très costauds sur la conquête et les phases tactiques, analyse l’ancien demi de mêlée des Bleus, qui a participé à l’exploit de 2007. Les Blacks ont montré qu’ils étaient peut-être moins performants dans le secteur de la mêlée notamment. Je ne suis pas certain qu’on ait plus facilités à battre l’Argentine que la Nouvelle-Zélande. Evidemment la Nouvelle-Zélande est plus complète, propose plus de formes de jeu et d’alternance, peut-être plus que l’Argentine, quoique... Les Argentins ont cette aptitude à nous pourrir le jeu, ils l’ont très bien fait pas le passé. C’est l’une des équipes qu’on ne bat quasiment jamais, peut-être moins que les All Blacks. » Une chose est sûre, les coéquipiers de Wesley Fofana devront être à leur tout meilleur niveau pour envisager d’intégrer le dernier carré.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant