XV de France : Guy Novès livre la recette pour faire un bon Tournoi

le , mis à jour à 17:15
0

A l'occasion de la présentation officielle du Tournoi des VI Nations à Londres, le nouveau sélectionneur des Bleus Guy Novès a livré sa recette pour réussir un bon Tournoi : jeunesse, patience et communication avec les clubs.

Depuis 2010, le XV de France est à la recherche d’une victoire finale dans le Tournoi des VI Nations. Le 6 février prochain, contre l’Italie au Stade de France, les Bleus entameront la campagne 2016 avec un tout nouveau sélectionneur, Guy Novès, qui sera attendu au tournant, après des années moroses pour le rugby international français. Ce mercredi, à l’occasion de la présentation officielle du Tournoi à Londres, l’ancien manager du Stade Toulousain est revenu sur sa nouvelle mission, qu’il prend très à coeur. « Il est certain qu’il n’y a pas de commune mesure entre avoir passé quarante ans dans un club et devenir du jour au lendemain représentant d’une nation, entraîneur d’une nation. C’est quelque chose qui me parait manifestement beaucoup plus important. J’en ai pris conscience, j’ai pris la mesure de la responsabilité qui était la mienne en représentant le rugby français. »

« Créer de la fraîcheur et un espoir nouveau »

Comme à chaque nouvelle intronisation de sélectionneur, les choix de joueurs sont scrutés de près, et Guy Novès assume entièrement sa politique tournée vers les jeunes. « Je suis parti du principe qu’il valait mieux travailler pendant quatre ans avec les mêmes joueurs plutôt que de travailler avec des joueurs qui terminaient dans un an ou deux, et puis repartir à zéro. Mon objectif c’est de travailler dans la continuité. Il fallait aussi que je crée un nouvel état d’esprit, et de ce point de vue-là, l’arrivée des jeunes joueurs était très importante, pour créer de la fraîcheur et un espoir nouveau, poursuit le coach, qui fêtera ses 62 ans à la veille du match contre l’Italie. La majorité des joueurs français a une expérience européenne, puisqu’ils jouent dans les grands clubs français, ils sont confrontés aux joueurs internationaux. Bien sûr, on est conscient des lacunes momentanées qu’il va y avoir au début, mais on se doit de créer cette expérience, d’être patient. Mais on est quand même ambitieux sur les résultats. »

« Il faut avoir l’adhésion du peuple français, du rugby français »

A l’heure où la concurrence est parfois exacerbée entre l’équipe nationale et les clubs du Top 14 (il y aura notamment trois doublons pendant le Tournoi), Guy Novès, qui s’est souvent plaint lorsqu’il entraînait Toulouse, a décidé de communiquer au maximum avec les clubs français, leurs dirigeants et leurs entraîneurs. « J’espère que le fait de connaître tous les clubs et tous les coachs français permettra de créer une relation forte, et c’est que nous avons essayé depuis plusieurs mois avec le staff. Pour moi, elle est incontournable pour avoir des résultats plus tard. Il faut avoir l’adhésion du peuple français, du rugby français, sachant que les clubs en France sont très importants. Il était inconcevable de travailler en étant en guerre avec eux. Aujourd’hui, il y a une vraie, très bonne relation avec les présidents de club, les entraîneurs et les staffs techniques, ce qui nous permet de pouvoir communiquer, débattre, échanger. C’est la politique française à l’heure actuelle ». Une politique qui va porter ces fruits ? Réponse le 19 mars après France-Angleterre, match de clôture de ce VI Nations 2016. Il sera alors temps de faire le premier bilan.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant