XV de France : " Capables de rivaliser " selon Dusautoir

le
0
XV de France : " Capables de rivaliser " selon Dusautoir
XV de France : " Capables de rivaliser " selon Dusautoir
A la veille du dernier match des VI Nations du XV de France, contre l'Angleterre à Twickenham, Thierry Dusautoir a tenu à rappeler les objectifs premiers de son équipe, à savoir conserver les acquis de la victoire face à l'Italie et poursuivre sa progression. Après avoir min un point d'honneur à se concentrer davantage sur la prestation que sur le résultat, le capitaine des Bleus a également évoqué son avenir en sélection.

Thierry Dusautoir, quel regard portez-vous sur l'équipe d'Angleterre et sur ses individualités ?
C'est une équipe qui joue énormément. Le joueur que je sortirais vraiment du lot, c'est George Ford. Un numéro 10 déjà très mature et très intelligent malgré son jeune âge (22 ans), qui sait bien alterner le jeu. J'ai déjà joué deux fois contre lui cette saison, avec Toulouse et pendant le Tournoi. C'est un joueur qui fait la différence au-delà de toute la qualité qu'on peut déjà trouver dans ce groupe anglais.

Votre victoire contre l'Italie le week-end dernier (29-0) vous a-t-elle fait du bien avant d'aborder ce match compliqué et capital ?
Ce qui nous a fait du bien, c'est de s'être comportés en tant qu'équipe pendant 80 minutes. Cet acquis là il faut le garder, comme il faut garder la pression inhérente au haut niveau. Elle permet d'aller chercher les pourcentages nécessaires pour faire des matchs de très haut niveau. Je pense que c'est une belle opportunité de venir jouer en Angleterre, contre une belle nation, qui est sûre d'elle, qui pratique un beau rugby. Se tester face à eux, c'est une belle opportunité pour gravir une marche supplémentaire dans notre progression.

« Ce qui est important, c'est notre progression »

La France peut encore gagner le Tournoi... Connaissez-vous els conditions nécessaires pour l'emporter ?
Je ne les connais pas, non. On a basculé dans autre chose, on est dans la construction d'équipe. L'objectif premier est de gagner le match de demain. Si on peut gagner le tournoi, pourquoi pas, mais on va garder les choses dans l'ordre, on va être raisonnables. Ce qui est important, c'est notre progression. Ce groupe-là ne s'arrêtera pas demain (dimanche) à Twickenham, on a une grande aventure qui nous attend dans quelques mois. Ce match, c'est un passage obligé avant la Coupe du monde qui va être très important dans notre construction. Venir jouer ici, dans un stade magnifique en milieu hostile, il va falloir répondre présents.

Le XV de France peut-il rivaliser avec l'Angleterre, première au classement avec une seule défaite ?
Si on joue à 100% de nos capacités techniques et mentales, on est capables de rivaliser face à eux. Mais eux aussi jouent à ce niveau-là. Dans un match, il y a toujours une équipe qui faiblit à un moment donné, autrement il n'y aurait jamais de vainqueur. Il y aura du rugby, on verra bien. Ce qui m'intéresse le plus, c'est notre prestation, ce qu'on va donner sur le terrain, voir comment on va se comporter.

Les joueurs ont-ils la liste des sélectionnés pour la Coupe du monde en tête ?
Je pense que ça va être dans les têtes de chacun, mais ce ne sera pas source de motivation. Vu notre histoire récente et le fait de jouer ici, ce n'est pas donné à tous les joueurs de rugby. Donc rien que ça, ça justifie un engagement, une concentration et une détermination à hauteur du rendez-vous. Evidemment, on ne peut pas occulter ce contexte car il est très important pour l'ensemble des joueurs, mais il ne doit pas être déterminant dans la préparation du match.

« Je joue mes derniers matchs avec le maillot du XV de France »

Pensez-vous déjà à votre avenir, songez-vous à bientôt prendre votre retraite internationale ?
En novembre 2015 j'aurai 34 ans, donc on peut raisonnablement penser que je joue mes derniers matchs avec le maillot du XV de France. Mais j'aime prendre les choses dans l'ordre. Demain, il faudra que je joue ce match, que j'en profite, que je sois présent sur le terrain donc je n'aurai pas le temps de réfléchir à mon cas personnel. Il y a un beau rendez-vous, un beau match à jouer et à 33 ans c'est quelque chose qui me stimule encore. Donc je serai très heureux d'être sur la pelouse demain.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant