Xstrata et Glencore discutent d'une fusion

le
0
XSTRATA ET GLENCORE DISCUTENT FUSION
XSTRATA ET GLENCORE DISCUTENT FUSION

LONDRES (Reuters) - Le groupe minier Xstrata a déclaré jeudi être en discussions avec la société de négoce de matières premières Glencore en vue d'une fusion, confirmant des informations de presse sur la possible naissance d'une entité valorisée à plus de 60 milliards d'euros.

Cette annonce a dopé les deux titres à la Bourse de Londres, qui prenaient respectivement 10% et 5% vers 09h50 GMT, tandis que l'indice Stoxx Europe 600 des ressources de base prenait 2% dans leur sillage.

Glencore possède déjà une participation de 34% dans Xstrata, et un rapprochement entre les deux groupes est envisagé depuis longtemps. Les spéculations se sont accélérées après l'introduction en Bourse de Glencore en mai, que le géant suisse a notamment justifiée en disant vouloir saisir les opportunités d'acquisition.

Si Glencore devait racheter le solde des actions de Xstrata, il devrait débourser environ 21 milliards de livres Sterling (25 milliards d'euros), ce qui ferait de l'opération l'une des plus grosses acquisitions depuis le rachat d'Alcan par Rio Tinto en 2007.

"Xstrata confirme avoir fait l'objet d'une approche, et être en discussions avec Glencore International concernant une fusion entre égaux qui pourrait ou non déboucher sur la présentation d'une offre par Glencore sur Xstrata," a déclaré la société.

"Il n'y a pas de certitude qu'une offre sera soumise."

De son côté, Glencore a également déclaré qu'il n'y avait pas de certitude sur le dépôt ou non d'une offre.

Ces brefs communiqués font suite à des informations de l'agence Bloomberg - qui cite deux sources proches du dossier - selon lesquelles Glencore se rapproche d'un accord de fusion avec Xstrata, une opération qui valoriserait la future entité à 52 milliards de livres sterling (62 milliards d'euros).

Les deux groupes pourraient annoncer un accord dès cette semaine, selon l'agence, précisant que l'accord ne prend pas en compte la valeur de la participation de 34% de Glencore dans Xstrata.

"Cela confirme la raison pour laquelle Glencore est entré en Bourse. Ils avaient besoin de fonds pour racheter d'autres sociétés", estime Ion-Marc Valahu, gérant de fonds pour ClairInvest, à Genève.

Pour Tim Dudley, analyste chez Collins Stewart, "on s'attendait à ce que ces deux groupes fusionnent et c'est sans doute un peu plus rapide que ce que nous anticipions, mais c'est logique vu la performance des deux groupes et leurs positions actuelles sur le marché".

Clara Ferreira-Marques, Kate Holton, Sarah Young et Sudip Kar-Gupta, Juliette Rouillon et Jean Décotte pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant