Xi Jinping formellement élu président en Chine

le
0
XI JINPING FORMELLEMENT ELU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE
XI JINPING FORMELLEMENT ELU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE

par Sui-Lee Wee

PEKIN (Reuters) - Le Parlement chinois a formellement élu Xi Jinping à la présidence de la République populaire, jeudi, parachevant le transfert du pouvoir de la génération du président sortant, Hu Jintao, à celle du nouveau chef de l'Etat.

Il s'agit du second transfert du pouvoir sans aucun accroc depuis l'accession au pouvoir des communistes en 1949. Le passage de relais de Jiang Zemin à Hu Jintao, en 2002-2003, avait été le premier à s'effectuer de la sorte.

L'Assemblée nationale populaire (ANP) est chargée d'entériner les décisions du Parti communiste, qui avait porté Xi Jinping à sa tête et à celle des forces armées - les deux vrais centres du pouvoir - en novembre dernier.

Les 3.000 délégués ont voté de manière disciplinée, à l'exception d'un "non" et de trois abstentions.

A la fin de la cérémonie, retransmise en direct par la télévision d'Etat, le nouveau président, âgé de 59 ans, s'est incliné et a serré la main de son prédécesseur Hu Jintao, 70 ans, qui a effectué deux mandats de cinq ans, le maximum autorisé.

Li Yuanchao a de son côté été élu vice-président. Cinq autres candidats étaient en lice pour ce poste, dont Wang Yang, un réformateur, ancien chef du parti pour la province de Guangdong dans le sud du pays.

Xi Jinping a fait échec aux efforts de l'ancien président Jiang Zemin, toujours influent, pour imposer à ce poste l'un de ses alliés, Liu Yunshan, directeur du département de la propagande du comité central du parti, a-t-on déclaré de source proche de la direction du PCC.

Quant à Li Keqiang, jusqu'à présent vice-Premier ministre, il succédera à Wen Jiabao au poste de Premier ministre vendredi à l'issue d'un nouveau vote de l'ANP.

Xi Jinping a mis l'accent sur la lutte contre la corruption depuis sa nomination à la tête du parti, mais il devra faire face à d'autres défis de taille, comme le ralentissement de la croissance économique, les déséquilibres socio-économiques du pays ou les tensions avec le Japon et la Corée du Nord.

UN DISSIDENT CONVOQUÉ

Pyongyang a effectué à la mi-février son troisième essai nucléaire depuis 2006 et la Chine, bien qu'étant son plus grand allié, a voté le nouveau train de sanctions adopté à l'encontre du régime de Kim Jong-un par le Conseil de sécurité de l'Onu.

Vis-à-vis du Japon, Xi Jinping va hériter des fortes tensions qui enveniment les relations bilatérales depuis l'automne dernier en raison du contentieux sur les îles inhabitées appelées Senkaku par Tokyo et Diaoyu par Pékin.

Pour Yan Chengzhong, délégué à la session parlementaire, la tâche la plus pressante qui attend Xi Jinping sera la lutte contre la pollution. Pour Gong Funeng, délégué venu du Sichuan dans le sud de la Chine, ce sera plutôt la réforme du système politique et la lutte contre la corruption qui devront primer.

Fils de l'ancien vice-Premier ministre réformiste et ancien vice-président du Parlement Xi Zhongxun, Xi Jinping s'est efforcé d'imposer l'image d'un homme au contact du peuple, discret, qui recourt à un langage simple sans s'embarrasser du jargon marxiste qui plombait les discours de ses prédécesseurs.

Les nouvelles autorités chinoises ont laissé comprendre que le parti, qui place la stabilité du pays au-dessus de tout, ne tolèrerait pas plus qu'avant les signes de dissidence.

Un dissident connu, Hu Jia, a déclaré à Reuters que la police l'avait convoqué mercredi en l'accusant de "provoquer des querelles et des troubles". Selon Hu, cela viendrait du fait qu'il a organisé des visites de défenseurs des droits de l'homme au domicile de Liu Xia, épouse du prix Nobel de la paix emprisonné Liu Xiaobo. Liu Xia est assignée à résidence depuis que le prestigieux prix a été décerné à son mari.

"Ou alors cela pourrait être dû aux nombreuses tribunes critiques envers le Parti communiste que j'ai publiées durant cette session parlementaire", ajoute-t-il.

Tangi Salaün et Eric Faye pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant