Xavier Ronsin : "L'École nationale de la magistrature n'est pas une fabrique à robots !"

le
0
Ancien procureur de Nantes, Xavier Ronsin est aujourd'hui à la tête de l'École nationale de la magistrature (ENM).
Ancien procureur de Nantes, Xavier Ronsin est aujourd'hui à la tête de l'École nationale de la magistrature (ENM).

Ancien procureur de Nantes, il a eu en charge les affaires Dupont de Ligonnès, Laetitia Perrais ou encore Liès Hebbadj... Aujourd'hui à la tête de l'École nationale de la magistrature (ENM), Xavier Ronsin tente de redonner du lustre à une profession sans cesse décriée. Objectif : recruter de jeunes juristes aussi rigoureux qu'empathiques. Le Point.fr : Avec les départs en retraite, la France va sans doute manquer de magistrats. La profession de juge - juges traités de "bâtards" par Me Herzog dans les écoutes de Nicolas Sarkozy - n'attire-t-elle plus ? Xavier Ronsin : Une insulte ne mérite pas de commentaires. Il n'y a pas de crise de vocation. La meilleure preuve, ce sont les chiffres d'inscription au concours 2014 : 18 % de candidats supplémentaires par rapport aux chiffres de 2013, et + 59 % par rapport à ceux de 2011 ! Il y a eu en revanche une sérieuse crise de recrutement. Sur trois années consécutives, on a recruté moins de 90 étudiants contre 214 pour la promotion 2014. Cela a entraîné une forme de démobilisation générale des étudiants qui, encore maintenant, pensent que c'est un concours inaccessible. Les choix politiques qui ont été faits en 2008 partaient de l'idée qu'on allait réduire le nombre de magistrats. Or, il y a eu des départs en retraite non compensés et une augmentation du champ d'intervention du juge. L'école organise le concours et forme, mais c'est le ministère qui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant