Xavier Hürstel, PDG du PMU : « Turfoot sera le premier pari qui mixe courses et sports »

le
0
Xavier Hürstel, PDG du PMU : « Turfoot sera le premier pari qui mixe courses et sports »
Xavier Hürstel, PDG du PMU : « Turfoot sera le premier pari qui mixe courses et sports »

Le PMU est un groupement d'intérêt économique. Pouvez-vous nous expliquer son fonctionnement ?

C'est une entreprise qui a une mission d'intérêt général, celle de financer l'ensemble de l'industrie hippique française. L'intégralité des bénéfices du PMU remonte vers elle. Représentée par France Galop et le Trot, elle est leadeur dans le monde et fait vivre 80 000 emplois directs : élevage, entraînement, activités sur les 250 hippodromes en France.

 

Comment fonctionne le système des paris ?

C'est un pari mutuel. Les joueurs jouent les uns contre les autres, l'opérateur est neutre, à la différence des systèmes anglo-saxons dans lequels vous jouez contre l'opérateur. Quelle que soit l'issue de la course, le PMU n'a aucun intérêt dans les chevaux à l'arrivée. L'ensemble des paris des joueurs est réuni dans une masse unique et ce sont ces enjeux qui font varier les cotes. A la fin, les mises des parieurs perdants payent les parieurs gagnants. Donc, le vrai chiffre d'affaires d'une entreprise de jeu d'argent représente les mises dont on soustrait les gains, soit le produit brut des jeux (PBJ 2016 : 2,44 Mds€).

 

Une partie est reversée à l'Etat...

Oui, mais celui-ci n'est pas pour autant actionnaire. Il récupère une taxe sur l'ensemble des mises, soit 850 M€ par an. Pour 100 € d'enjeux, 75 € sont redistribués aux parieurs, 10 € reviennent à l'Etat, 6 € constituent les charges du PMU, dont 2 € pour les points de vente, 8 € de bénéfice vont à la filière hippique. Il faut y ajouter 1 % de commission aux partenaires étrangers.

 

Le PMU est sous la tutelle de deux ministères. Qu'est-ce que cela signifie ?

Il y a une tutelle du ministère du Budget, pour les jeux, et une autre du ministère de l'Agriculture, pour la filière hippique. Cela implique que les axes principaux de la gestion du PMU, tels que le lancement d'un nouveau produit ou alors notre stratégie commerciale, sont soumis à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant