Xavier Bertrand renonce à la tête de l'UMP, vise 2017

le
1
XAVIER BERTRAND RENONCE À BRIGUER LA PRÉSIDENCE DE L'UMP ET VISE 2017
XAVIER BERTRAND RENONCE À BRIGUER LA PRÉSIDENCE DE L'UMP ET VISE 2017

PARIS (Reuters) - L'ancien ministre du Travail Xavier Bertrand a annoncé dimanche qu'il ne briguerait pas la présidence de l'UMP, laissant la voie libre au duel attendu entre François Fillon et Jean-François Copé.

Invité de l'émission Le Grand Rendez-vous d'Europe 1/i>TELE/Le Parisien-Aujourd'hui en France, il a indiqué qu'il ne voulait pas ajouter aux divisions du parti et qu'il entendait se réserver pour le "rendez-vous majeur" qu'est la primaire pour la désignation du candidat de la droite à la présidentielle 2017.

"Je serai candidat à la primaire pour l'élection présidentielle 2017. C'est la raison pour laquelle je ne me lance pas dans la compétition pour la présidence de l'UMP", a déclaré Xavier Bertrand.

"Je ne veux pas confondre les échéances, je ne veux pas confondre les élections. C'est un choix de cohérence, un choix de transparence", a-t-il ajouté. "Je pense que le rendez-vous majeur, c'est celui de la primaire pour l'élection présidentielle."

S'agissant de la présidence de l'UMP, il a estimé qu'elle se jouerait entre l'ancien Premier ministre François Fillon et le secrétaire général Jean-François Copé.

"C'est ainsi fait et chacun le sait, ce combat est posé depuis quasiment plus de six mois", a dit Xavier Bertrand.

Alors que les autres prétendants déclarés, Nathalie Kosciusko-Morizet, Bruno Le Maire et Henri Guaino, peinent à réunir à temps pour la date limite du 18 septembre les 7.924 parrainages nécessaires pour présenter leur candidature, il a déclaré en disposer de 8.200.

Pour le prouver, il n'a pas hésité à amener des sacs contenant ces parrainages sur le plateau de l'émission.

Il a confirmé avoir proposé sans succès à Nathalie Kosciusko-Morizet et Bruno Le Maire de composer un "ticket" pour briguer la tête de l'UMP, avec pour objectif de porter un "message de rénovation fort".

CANDIDAT QUELLES QUE SOIENT LES CIRCONSTANCES

S'il a finalement renoncé à se présenter, c'est pour répondre aux préoccupations des militants qui ne veulent pas qu'on ajoute "de la confusion à la division" alors que la campagne menée jusqu'ici ne répond pas à leurs attentes.

"Aujourd'hui, je vois davantage le choc des personnalités, bien trop souvent les petites phrases, mais je ne vois pas la ligne politique à la fois pour reconstruire le mouvement et pour préparer l'alternance (...); le débat mérite autre chose."

Pour autant, Xavier Bertrand fera connaître son choix entre François Fillon et Jean-François Copé: "Je dirai clairement pour qui je voterai le moment venu, dès que j'y verrai clair sur les différences de projet politique."

S'agissant de la présidentielle 2017, il a estimé qu'il y aurait "forcément" des primaires ouvertes pour la droite et pour le centre, allant "au-delà de l'UMP".

Pour l'ancien secrétaire général du parti, "celui qui sera élu à la tête de l'UMP ne sera en rien le candidat naturel" pour cette primaire.

Il a indiqué avoir informé Nicolas Sarkozy de ses intentions lors d'une rencontre récente.

Prié de dire ce qu'il ferait si l'ancien président décidait de se lancer dans la course à l'Elysée en 2017, il a répondu qu'il serait candidat "quelles que soient les circonstances", là où Jean-François Copé a laissé entendre qu'il pourrait s'effacer si le prédécesseur de François Hollande décidait de briguer un nouveau mandat.

"Je pense aujourd'hui être le seul à porter cette vision d'une droite et d'un centre qui ont cette préoccupation d'être proche des Français (...) que la droite ne donne pas le sentiment d'une société trop dure avec les plus fragiles", a-t-il expliqué.

"Je suis dans ma génération celui qui a porté le plus de réformes, sociales mais aussi de société", a-t-il affirmé.

Yann Le Guernigou, édité par Danielle Rouquié

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • peggy111 le dimanche 16 sept 2012 à 11:58

    le nul des nuls