Xavier Bertrand renonce à la primaire de la droite pour 2017

le
5
XAVIER BERTRAND N'EST PLUS CANDIDAT À LA PRIMAIRE POUR 2017
XAVIER BERTRAND N'EST PLUS CANDIDAT À LA PRIMAIRE POUR 2017

PARIS (Reuters) - Xavier Bertrand a annoncé lundi soir, au lendemain de son succès aux régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, qu'il renonçait à ses autres mandats électifs et à sa candidature à la primaire de la droite et du centre en vue de la présidentielle de 2017.

L'actuel député de l'Aisne devrait accéder début janvier à la présidence de la région à la suite de la victoire de ses listes, en partie grâce à des voix de gauche, face au Front national (FN) conduit par Marine Le Pen.

"Je vais quitter mes fonctions de député de l'Aisne, je vais quitter mes fonctions de maire de Saint-Quentin, et pourtant j'aime ma ville profondément, et j'ai décidé aussi de ne pas être candidat à la primaire de la droite et du centre", a déclaré Xavier Bertrand sur France 2.

Jusqu'à présent, l'ancien ministre du Travail ne faisait pas mystère de ses ambitions nationales.

"J'ai pris cette campagne un peu comme un coup de poing en pleine figure et c'est vrai que ça a changé à jamais ma façon de faire de la politique, et je dois dire que ça oblige à se remettre en question", a-t-il expliqué.

"Vous faites de la politique, vous n'êtes pas un robot. Et c'est la raison pour laquelle j'ai décidé de me consacrer pleinement à la région", a-t-il poursuivi.

Il a également justifié cette décision "irrévocable" par ce qu'il présente comme un manque de légitimité.

"A partir du moment où, depuis ces trente dernières années, la classe politique a failli (...) et j'ai fait partie de cette classe politique, aujourd'hui je demande à être jugé sur ce que je vais faire à la tête de la région", a-t-il dit.

Au second tour des régionales, dimanche, les candidats de la droite et du centre ont battu ceux du FN dans la région avec près de 58% des suffrages, après le retrait du Parti socialiste qui souhaitait faire obstacle à la formation d'extrême droite.

L'après-régionales ouvre pour Les Républicains (LR) le chapitre suivant, celui de la primaire de novembre pour laquelle se sont déclarés plusieurs cadres, comme les anciens Premiers ministres Alain Juppé et François Fillon.

(Simon Carraud, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 il y a 12 mois

    De toute façon depuis le temps qu'il est dpité il touche déjà la retraite comme ancien deputée, c'est facile de faire semblent!!!

  • M1765517 il y a 12 mois

    depuis le temps que l'on parle du non cumul, rien a changé il trouvera toujours à cumuler des fonctions et des vices présidences pour mettre du beurre dans ses épinards !

  • warneton il y a 12 mois

    Je ne supporte pas trop les gens qui ont soutenu Sarkozy ,mais je reconnais qu'il a bien parler espérons que les actes soient aussi fort que les paroles .je vous donne 6 ans pour me prononcer .Les gens du nord sont les meilleurs amis mais ils n'oublie rien bonne chance a vous

  • godardja il y a 12 mois

    Je félicite aussi X. Bertrand pour son courage et sa lucidité, conscient qu'il est des responsabilités qui seront les siennes à la tête de la région.

  • jany7 il y a 12 mois

    voila 1 exemple a suivre pas de cumuls et au service des francais si il reussit quel merveilleux tremplin