Xavier Bertrand (LR) : «Laissons partir les migrants» en Angleterre

le , mis à jour le
2
Xavier Bertrand (LR) : «Laissons partir les migrants» en Angleterre
Xavier Bertrand (LR) : «Laissons partir les migrants» en Angleterre

Candidat (Les Républicains) à la présidence de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Xavier Bertrand menace le Premier ministre britannique David Cameron dans une interview au «Journal du dimanche» (JDD) de «laisser partir les migrants» en Angleterre. Le député de l'Aisne accuse le chef de gouvernement de ne pas avoir «pris la mesure de l'ampleur et de la gravité du problème» des migrants à Calais.

«Les dernières mesures qu'il a annoncées sont décalées et dérisoires. S'il continue à ne rien proposer d'autre, laissons partir les migrants et que Monsieur Cameron gère sa politique à sa façon, mais sur son île», estime-t-il. «Ce n'est pas une question d'argent. Ce ne sont pas quelques millions de plus qui vont régler le problème», ajoute-t-il, alors que le Royaume-Uni a déjà annoncé mardi une rallonge de10 millions d'euros pour renforcer la sécurité du site d'Eurotunnel à Coquelles. Vendredi, David Cameron avait décidé d'envoyer de nouvelles «clôtures, des chiens renifleurs et des moyens supplémentaires». Parallèlement, dans le JDD, les ministres de l'Intérieur britannique et français, Theresa May et Bernard Cazeneuve, réaffirment que «mettre fin à cette situation est une priorité absolue».

«Les demi-mesures ne régleront plus rien»

«Nous ne demandons pas l'aumône. Nous demandons le règlement du problème. Il faut bien comprendre que les solutions gentillettes, les demi-mesures ne régleront plus rien. Il faut prendre ce dossier à bras-le-corps», s'agace l'ancien ministre du Travail.

Disant «faire (s)ien» le ras-le-bol de la population et de Natacha Bouchart, la maire (LR) de Calais, «que ceux qui ne vivent pas dans la Région ont peut-être du mal à mesurer», le député de l'Aisne rappelle que «géographiquement, la frontière anglaise se situe à Douvres». «Nous avons été bien bons, lors de la signature des accords franco-britanniques du Touquet en 2003, d'accepter que la frontière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le dimanche 2 aout 2015 à 17:01

    Nous pouvons remercier tous les intervenants qui par intéret lucratif ou charitable les envoyent et les maintiennent dans ces ghétos

  • bsdm le dimanche 2 aout 2015 à 15:41

    X bertrand se trompe : les clandestins sont sur le sol français : c'est à la police française de les renvoyer chez eux