Xavi, seigneur du Qatar

le
0
Xavi, seigneur du Qatar
Xavi, seigneur du Qatar

Un jour ou l'autre, il fallait bien finir par dire au revoir. Parti du FC Barcelone où il laissera une trace pour toujours indélébile, Xavi Hernández passe sa retraite dorée loin des projecteurs, dans l'Al-Sadd Sports Club de Doha. Mais est-ce pour autant un simple hasard ?

Les 100 joueurs qui ont marqué le foot espagnol
La pression est intense, le dégagement de Fabricio éternel. Après avoir remonté ses chaussettes et tâté la pelouse, le gardien du Deportivo La Corogne frappe enfin la balle, aussi loin et haut qu'il le peut. Le ballon retombe, un duel de la tête manqué, puis Oriol Riera envoie un nouveau tir vers le camp barcelonais. Sifflet à la bouche, Carlos Clos Gómez met un terme à la souffrance des blanquiazules. Ce 23 mai 2015, le Deportivo La Corogne acquiert son maintien dans l'élite espagnole au bout du suspense. De son côté, le Barça est champion d'Espagne 2015/2016 depuis belle lurette. Mais malgré l'obtention de la vingt-troisième Liga, ce 23 mai 2015 est un jour triste pour le Barça. Un jour où il faut dire au revoir, où il faut laisser la vie continuer son travail et mettre une gloire du Nou Camp au placard. Pas n'importe quelle gloire, puisqu'il s'agit de la plus belle pièce. Xavier Hernandez i Creus, 35 ans et 767 pages écrites dans son roman avec le FC Barcelone, doit dire au revoir. L'idole est sortie sept minutes auparavant, remplacée par son héritier au capitanat, Andrés Iniesta. Un tifo à son effigie s'était déployé au moment où les 21 joueurs et le dieu vivant sont rentrés sur la pelouse : "#6raciésXavi, 17 temporadas, 1998-2015". Un hashtag comme le signe d'un homme qui rassemble toute la Catalogne, et de façon plus synthétique, tous les amoureux du football. Voilà, Xavi s'en va. Quand ? Après la finale de la Ligue des champions contre la Juventus. Comment ? Comme un dieu. Où ? Au Qatar. Pour combien de temps ? Le temps qu'il faudra pour se remettre d'une aussi grande perte sur un terrain de football.

"Je regarde toujours ce qu'il se passe, je contrôle"


Il ne faut pas se mentir, Xavi s'est donné une petite mort à partir à Al-Saad. Parce que ce football qatari n'est pas suivi aujourd'hui. En réalité, ce football n'intéresse pas, et n'intéressera a priori jamais les passionnés. Certes, mais Xavi intéresse, parce qu'il est de ceux que l'on n'oublie pas du jour au lendemain. Xavi fait maintenant des passes millimétrées du plat du pied au Moyen-Orient, et Xavi profite. Encore. Toujours.…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant