WTCC : Bennani, "l'ambassadeur du sport auto au Maroc"

le
0
Mehdi Bennani lors de sa victoire à Shanghai. Premier pilote africain à remporter une course affiliée à la FIA, il espère progresser encore. Et pourquoi pas à bord d'une C-Élysée ?
Mehdi Bennani lors de sa victoire à Shanghai. Premier pilote africain à remporter une course affiliée à la FIA, il espère progresser encore. Et pourquoi pas à bord d'une C-Élysée ?

Mehdi Bennani est une star dans son pays. Un statut qui s'est confirmé un peu plus cette saison, lui qui est devenu à Shanghai le premier pilote d'Afrique à remporter une course affiliée à la FIA. À son retour au Maroc quelques jours après ce succès - le premier de Honda cette saison -, il a été reçu à l'aéroport comme une rock star, acclamé par des centaines de personnes. Pourtant, la saison n'a pas été de tout repos : à l'instar de Suzuka il y a trois semaines, Mehdi Bennani a été contraint à l'abandon, après avoir été poussé par le hongkongais Henry Kwong (Seat). Au total, le Marocain a connu neuf problèmes mécaniques qui l'ont handicapé cette saison. Pourtant, Mehdi Bennani, toujours enthousiaste, ne manque pas d'ambition. Il veut continuer à progresser et, pourquoi pas, rivaliser avec les meilleurs. De quoi relancer les spéculations quant à sa possible arrivée chez Sébastien Loeb Racing, le team privée de Citroën l'an prochain, qui alignera deux voitures. Comme pour le constructeur français, la prudence est de mise chez Medhi Bennani, même s'il n'écarte pas la possibilité de rouler en C-Élysée l'an prochain. Le Point.fr : Vous avez connu neuf problèmes mécaniques au cours de cette saison. Comment l'avez-vous vécu ? Medhi Bennani : Il y a vraiment deux impressions qui prédominent. Si on m'avait dit au début du championnat que...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant