WRC - Ogier : "Ce n'est pas la fin du monde !"

le
0
Sébastien Ogier, quinzième après avoir perdu la course sur ennuis mécaniques, tempère sa contre-performance : « c?est juste une petite déception dans une saison exceptionnel. Ce n?est pas la fin du monde ! ».
Sébastien Ogier, quinzième après avoir perdu la course sur ennuis mécaniques, tempère sa contre-performance : « c?est juste une petite déception dans une saison exceptionnel. Ce n?est pas la fin du monde ! ».

Jeudi : chez Volkswagen, des réponses et des inquiétudes

Il fait froid à l'aérodrome de Corte. Les voitures de l'assistance s'enfoncent déjà dans la boue et les averses, éparses, balaient la zone. Chez Volkswagen, Sébastien Ogier et François-Xavier Demaison, l'ingénieur en chef, enchaînent les interviews. Au centre des discussions : le titre acquis il y a un mois par Ogier et le scandale qui touche la marque. Le triple champion du monde ne montre aucun signe d'agacement. La réponse est ficelée : « Je n'en sais pas plus que vous mais j'ai confiance dans la marque pour trouver des solutions. » Non, le Français n'est pas inquiet d'un arrêt du programme WRC. « Moi, là où j'ai le contrôle, c'est derrière le volant », explique-t-il. Il le démontre dès l'après-midi en signant le meilleur temps du shakedown, ex-aequo avec Robert Kubica.

REGARDEZ les meilleurs moments du shakedown :

Vendredi : "c'est l'apocalypse !"

Au lendemain des violents orages qui se sont abattus sur l'île, il n'y a pas que les 138 pilotes engagés au Tour de Corse qui participent au rallye. Tous les automobilistes de l'île de Beauté sont pilotes alors que la boue, les pierres et des coulées d'eau s'invitent sur la chaussée. De Corte à Bastia, conduire sans quitter la route relève d'un exploit. Les organisateurs décident d'annuler la seconde spéciale : une voiture ouvreuse, celle du pilote Kevin...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant