Wolfgang Schäuble ne voit pas d'éclatement de la zone euro

le
1
WOLFGANG SCHAÜBLE NE VOIT PAS D'ÉCLATEMENT DE LA ZONE EURO
WOLFGANG SCHAÜBLE NE VOIT PAS D'ÉCLATEMENT DE LA ZONE EURO

BERLIN (Reuters) - Le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, s'est dit mercredi convaincu que la zone euro compterait toujours 17 membres l'an prochain, renforçant ainsi le sentiment que Berlin n'entend pas en voir la Grèce écartée.

Le ministre allemand est réputé pour sa sévérité envers Athènes et rejette l'idée d'un délai supplémentaire pour la mise en oeuvre de réformes, comme le demande le Premier ministre grec Antonis Samaras.

Ses déclarations de mercredi laissent cependant entrevoir une ligne plus souple. D'autres membres du gouvernement d'Angela Merkel ont estimé ces dernières semaines qu'une sortie de la Grèce pourrait avoir des conséquences funestes, aussi bien sur le plan géopolitique que financier.

La chancelière elle-même, qui jouera sa réélection l'an prochain, passe pour être peu favorable à un "Grexit" qui pourrait avoir un effet de contagion en Europe.

"Je m'attends à ce que la zone euro continue d'exister sous sa forme actuelle l'an prochain, avec les 17 (Etats membres)", a dit Wolfgang Schäuble au micro d'Inforadio.

Les inspecteurs de la "troïka" des créanciers de la Grèce - Union européenne, Fonds monétaire international et Banque centrale européenne - sont attendus à Athènes cette semaine pour faire le point sur les réformes en cours, qui visent à réduire les dépenses budgétaires de 12 milliards d'euros en deux ans.

La décision de verser ou non une aide supplémentaire sera prise en fonction du rapport qu'ils publieront le mois prochain.

A la radio, Wolfgang Schaüble a également déclaré s'attendre à ce que l'euro soit un peu plus stable l'an prochain, tout en ajoutant que les difficultés de la devise européenne n'étaient pas terminées.

"L'an prochain, l'euro sera un peu plus stable et provoquera moins de perturbations sur les marchés financiers, mais il ne sera pas encore entré complètement dans des eaux calmes," a-t-il prédit.

Selon un sondage de l'institut Harris publié lundi par le Financial Times, un quart seulement des Allemands souhaitent voir la Grèce rester dans la zone euro ou obtenir de nouvelles aides de ses partenaires européens.

Michelle Martin, Véronique Tison et Juliette Rouillon pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9566237 le mercredi 5 sept 2012 à 16:13

    Encore rien de concret que du vague...

Partenaires Taux