Wolfgang Schäuble favori pour la présidence de l'Eurogroupe

le
0
WOLFGANG SCHÄUBLE GRAND FAVORI POUR LA PRÉSIDENCE DE L'EUROGROUPE
WOLFGANG SCHÄUBLE GRAND FAVORI POUR LA PRÉSIDENCE DE L'EUROGROUPE

par Luke Baker et Philipp Halstrick

BRUXELLES/BERLIN (Reuters) - Le ministre des Finances allemand, Wolfgang Schäuble, sera très probablement le prochain président de l'Eurogroupe, ont déclaré à Reuters une demi-douzaine de responsables à Bruxelles et dans d'autres capitales européennes, même si aucune décision ne sera sans doute adoptée avant juin.

Le poste est l'un des plus influents de la zone euro et l'attribuer à Wolfgang Schäuble serait une manière de prendre acte de la position de premier plan de l'Allemagne dans la bataille contre la crise de la dette européenne.

C'est aussi l'un des nombreux postes importants en Europe restant à pourvoir, dont l'un à la Banque centrale européenne (BCE), d'ici mai ou juin.

La principale inconnue concernant la présidence de l'Eurogroupe est celle du réel intérêt de Wolfgang Schäuble pour le poste mais une source qui est l'un de ses proches collaborateurs depuis des années a rapporté qu'il souhaitait bien l'obtenir.

En théorie, l'actuel président de l'Eurogroupe, le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker, reste dans la course mais il a dit à plusieurs reprises qu'il ne se représenterait pas et sa candidature n'est pas considérée comme sérieuse, a dit une autre source.

"Si Schäuble veut le poste, il l'aura", a dit cette source.

Des sources à Berlin ont dit que le ministère des Finances allemand avait entamé des préparatifs pour que Schäuble puisse également assumer ses nouvelles responsabilités.

MERSCH AU DIRECTOIRE DE LA BCE ?

Wolfgang Schäuble est un ministre des Finances expérimenté et respecté mais son arrivée à la tête de l'Eurogroupe risque de ne pas faire l'unanimité car il a fréquemment adopté des positions dures durant la crise, qui ont envenimé les relations avec des pays tels que la Grèce, le Portugal et l'Irlande.

L'hypothèse de sa nomination suscite par ailleurs des interrogations sur l'attitude d'Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen. Des responsables proches de ce dernier ont laissé entendre qu'il ne souhaiterait pas particulièrement voir quelqu'un au franc-parler trop aiguisé prendre la tête de l'Eurogroupe car il pourrait se créer des zones d'influence rivales envoyant des messages contradictoires aux marchés.

Les ministres des Finances de la zone euro doivent aborder le sujet lors de leur réunion à Copenhague en fin de semaine. Mais une éventuelle nomination de Wolfgang Schäuble ne pourra intervenir que dans le cadre d'une redistribution plus large des postes de direction dans l'Union.

Parmi les autres postes à pourvoir, une place de membre du directoire de la BCE devrait échoir au gouverneur de la Banque centrale luxembourgeoise, Yves Mersch, ont déclaré des sources, l'Espagne ayant retiré de fait son candidat.

La présidence de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd), est convoitée notamment par la Pologne, la Serbie, la Grande-Bretagne et la France, tandis qu'une Espagnole, Belen Romana Garcia, est pressentie pour diriger le futur Mécanisme européen de stabilité (MES).

"Le scénario le plus probable pour le moment semble que l'Allemagne obtienne l'Eurogroupe, l'Espagne le MES, le Luxembourg le poste à la BCE et un Britannique la Berd", a déclaré un responsable de la zone euro.

Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant