Wingsuit : les adeptes cloués au sol à Chamonix

le , mis à jour à 09:09
0
Wingsuit : les adeptes cloués au sol à Chamonix
Wingsuit : les adeptes cloués au sol à Chamonix

Avec leur combinaison en forme d'ailes qui leur permet de voler jusqu'à 200 km/h en frôlant le relief des montagnes, on les compare souvent à des aigles. Mais, depuis la semaine dernière, à Chamonix, devenu LE spot mondial du wingsuit avec les sites de décollage du Brévent (2 525 m) et de l'aiguille du Midi (3 842 m), les hommes oiseaux sont cloués au sol. La faute à un nouvel accident mortel qui, le 3 octobre, a marqué les esprits et incité les élus à réagir.

 

Car, pour la première fois, un wingsuiter est allé s'écraser en centre-ville. Ratmir Nagimynov, un Russe de 32 ans, avait décollé de l'aiguille du Midi. Il n'a pas réussi à ouvrir son parachute et est allé percuter la façade d'un immeuble. Suite à cet accident, la commune de Chamonix a pris un arrêté qui suspend jusqu'à nouvel ordre la pratique du wingsuit. « Il y a désormais mise en danger de la vie d'autrui car ce drame démontre qu'un passant, une maman, un enfant, peuvent très bien être percutés par un wingsuiter. Il nous faut garantir la sécurité des habitants de Chamonix et examiner avec les pratiquants de wingsuit les mesures à prendre pour éviter ce genre d'accident en milieu urbain », martèle le maire, Eric Fournier.

 

« On a vraiment franchi un cap dans l'accidentologie. Il doit y avoir une réflexion pour une pratique plus saine de cette discipline », insiste le lieutenant-colonel Stéphane Bozon, commandant du peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM). En 2016, cinq wingsuiters se sont déjà tués dans le secteur de Chamonix. Et dans le monde, ils sont 35 à avoir perdu la vie cette année.

 

A force de repousser les limites, les hommes oiseaux ne sont-ils pas en train de se brûler les ailes ? Signe du malaise au sein même de la discipline, la suspension des vols à Chamonix n'a suscité aucune levée de boucliers de la part des pratiquants. Au contraire. « Cet arrêté est une bonne chose. Il va calmer tout le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant