Wimbledon: troisième quart de finale pour Marion Bartoli

le
0
MARION BARTOLI S'IMPOSE EN 8ES DE FINALE
MARION BARTOLI S'IMPOSE EN 8ES DE FINALE

par Eric Salliot

LONDRES (Reuters) - Marion Bartoli est la dernière représentante du tennis français à Wimbledon où elle a confortablement franchi lundi le cap des huitièmes de finale face à l'Italienne Karin Knapp, 104e mondiale, en deux sets (6-3 6-2).

Chez les hommes, les deux derniers rescapés français ont en revanche échoué.

Adrian Mannarino, 111e mondial, a cédé en cinq sets (4-6 6-3 3-6 6-3 6-4) face au Polonais Lukasz Kubot alors que Kenny De Schepper n'a pas pesé lourd face à Fernando Verdasco (6-4 6-4 6-4).

Sur un petit court annexe, Marion Bartoli a totalement assumé son statut de favorite face à la modeste Karin Knapp.

"Je n'ai pas fait des trucs flamboyants mais ça a suffi aujourd'hui. J'ai laissé beaucoup moins d'énergie que face à McHale ou Giorgi ce qui est bien car je dois rejouer demain", a-t-elle dit.

"Je suis rayonnante, je suis arrivée à me construire une espèce de bulle. Sur le court, je suis dans une bien meilleure concentration qu'à Roland-Garros. Globalement, je suis beaucoup plus confiante, moins tendue. En outre, je travaille bien avec l'équipe autour de moi. C'est vraiment chaque pièce d'un puzzle très large qui finit par s'emboîter. Il n'y a pas véritablement de déclic."

Mardi, Marion Bartoli affrontera l'Américaine Sloane Stephens, tête de série numéro 17.

TOP 10 EN VUE

"C'est une joueuse dangereuse. Elle a remporté trois matches en trois sets, elle sait aller chercher les matches", a jugé la Française.

"Elle a déjà fait une demi-finale en Australie donc elle réussit très bien en Grand Chelem mais elle peut avoir des hauts et des bas. De toute façon, à ce niveau, ça joue beaucoup dans la tête."

En cas d'accession aux demi-finales, la Française serait quasiment assurée de réintégrer le Top 10.

Chez les hommes, le tennis français a enregistré un nouveau flop.

Adrian Mannarino a pourtant entrevu la perspective d'un quart de finale au All England Club. Il a mené deux manches à une mais a fini par subir le jeu agressif de Kubot qui est venu avec beaucoup de bonheur à 87 reprises au filet.

Breaké d'entrée de cinquième set, Mannarino n'a jamais pu combler son retard.

"Il y a forcément des regrets", a-t-il dit. "Je suis sans doute tombé sur un joueur plus fort que moi, il faut l'admettre. Je ne pense pas être passé à côté de mon match mais il m'a manqué un petit quelque chose. J'ai espéré de bout en bout même quand je me suis levé de ma chaise à 4-5 au cinquième set. Je ne suis pas si proche de la victoire mais je n'étais pas loin. Il va falloir faire avec et retirer les points positifs."

Kenny De Schepper, 80e mondial, n'a pu empêcher Fernando Verdasco de compléter sa collection de quarts de finale en Grand Chelem.

"Il a été bon. Je n'ai pas eu d'appréhensions mais pendant un set et demi je l'ai trop laissé jouer. Début de troisième, je le breake, malheureusement, j'ai baissé, j'ai senti la fatigue et je n'ai pas pu l'emmener plus loin", a reconnu le Français.

"Ca restera une bonne expérience, dans la continuité, c'est vraiment intéressant, ça donne envie d'aller voir les meilleurs joueurs. Tant qu'on progresse, ça fait plaisir à la tête."

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant