Wimbledon: rendez-vous avec l'Histoire pour Federer ou Murray

le
0
Wimbledon: rendez-vous avec l'Histoire pour Federer ou Murray
Wimbledon: rendez-vous avec l'Histoire pour Federer ou Murray

par Eric Salliot

LONDRES (Reuters) - Deux ans et demi après leur deuxième finale de Grand Chelem à l'Open d'Australie 2010, Roger Federer (n°3) et Andy Murray (n°4) se retrouvent dimanche dans une finale de Wimbledon placée sous le sceau de l'Histoire.

Effondré par sa défaite à Melbourne en trois sets (6-3 6-4 7-6), l'Ecossais n'avait pu réprimer des larmes. "Je peux pleurer comme Roger (ndlr, en référence au chagrin du Suisse l'année précédente), c'est juste dommage que je ne puisse pas jouer comme lui", avait-il lâché, très marqué.

Quelques minutes plus tard, son bourreau l'avait consolé: "Tu es un trop bon joueur pour ne pas gagner un Grand Chelem. Ne t'inquiète pas", lui avait-il dit.

Evidemment, Roger Federer espère que sa prédiction ne se réalisera pas ce dimanche.

Il a trop d'enjeux devant lui: un septième titre sur le gazon du All England Club - et un dix-septième majeur par ricochet -, ce qui lui permettrait de rejoindre au palmarès Williams Renshaw et surtout Pete Sampras.

Le retraité américain peut également craindre pour un autre de ses records: celui du nombre de semaines passées en tête au classement ATP, 286. Car en l'emportant dimanche, Roger Federer serait de retour au sommet de la hiérarchie, égalerait cette marque et serait assuré de l'accaparer seul le 16 juillet.

Mais à 25 ans, Andy Murray n'a rien d'une victime consentante.

Depuis l'ouverture du tournoi, il a passé près de 17 heures sur le gazon, avalant les obstacles délicats - David Ferrer et Jo-Wilfried Tsonga - avec courage.

Premier finaliste britannique depuis 1938, il a la possibilité de rejoindre le légendaire Fred Perry, sacré en 1936 face à Gottfried Von Cramm.

L'Ecossais présente un bilan favorable face au sextuple vainqueur. Il mène la série huit victoires à sept. Particularité: leurs quinze confrontations ont eu lieu sur surface dure.

Tactiquement, Andy Murray a les armes pour embêter son adversaire, c'est une évidence. Mais aura-t-il le mental pour aborder cette finale attendue par tout un peuple ? C'est à la fois la question et la clé de cette finale historique pour laquelle le fan absolu serait prêt à débourser des milliers de livres sterling au marché noir pour prendre place dans le Temple du tennis.

Edité par Jean-Paul Couret

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant