Wimbledon: Novak Djokovic et Andy Murray en pole pour la finale

le
0
ANDY MURRAY DANS LE DERNIER CARRÉ À WIMBLEDON
ANDY MURRAY DANS LE DERNIER CARRÉ À WIMBLEDON

par Eric Salliot

WIMBLEDON (Reuters) - Après l'hécatombe des premiers jours, la perspective d'une première finale de Wimbledon entre le numéro un mondial Novak Djokovic et son dauphin au classement Andy Murray a pris de l'épaisseur, mercredi.

Les deux meilleurs joueurs du monde ont pourtant remporté leur quart de finale de façon diamétralement opposée: le Serbe a dominé en trois sets (7-6 6-4 6-3) le Tchèque Tomas Berdych (n°7) et sera favori vendredi face à Juan Martin Del Potro (n°8), alors qu'Andy Murray a souffert contre Fernando Verdasco.

Revigoré par une nouvelle raquette, l'Espagnol, 54e mondial, a mené deux manches à zéro mais n'a pu maintenir son effort et saisir quelques opportunités, notamment deux balles de 4-2 dans le quatrième set.

Dans une ambiance délirante, l'Ecossais a obtenu gain de cause après 3h27 en cinq sets (4-6 3-6 6-1 6-4 7-5).

Vendredi, il se frottera à Jerzy Janowicz (n°24), qui a géré ses nerfs pour éliminer son compatriote et ami Lukasz Kubot, 130e mondial, en trois sets (7-5 6-4 6-4) et devenir le premier Polonais à atteindre les demi-finales d'un Grand Chelem.

C'est la septième fois de sa carrière qu'Andy Murray remonte un handicap de deux manches et la deuxième fois sur le Centre Court de Wimbledon, après un retour fantastique en 2008, en huitième de finale, face au Français Richard Gasquet.

"J'ai tenu le coup à la fin, ce n'est pas un avertissement car je sais combien le type est fort, il m'avait déjà battu en Grand Chelem", a déclaré Andy Murray à la presse.

"Je me suis retrouvé dans une situation difficile, avec un mauvais deuxième set. J'aurais pu perdre ce match mais j'emmagasine de l'expérience. Ça a aidé de l'avoir fait six fois déjà. Je trouve que Fernando a servi de manière exceptionnelle, notamment en deuxième balle. Il a touché des lignes. Ça m'a plus gêné que son coup droit."

DJOKOVIC VEUT SA REVANCHE

Au prochain tour, l'Ecossais retrouvera donc un néophyte à ce stade de la compétition, Jerzy Janowicz.

Le Polonais, 22e mondial, a dominé un ami, Lukasz Kubot, et lui a donné une très longue accolade à l'issue d'un match historique pour le tennis de leur pays. Les deux hommes ont ensuite échangé leurs maillots au milieu du court n°1.

"Ce n'était pas facile de contrôler mes émotions, c'est normal quand vous accédez aux demi-finales d'un tel tournoi. Donc, oui, j'ai pleuré", a dit Janowicz, révélé en fin d'année dernière par sa finale au Masters 1000 de Bercy.

"Contre Andy, il y aura une belle atmosphère même si la foule ne va pas m'aider. Peut-être qu'il ressentira la pression car cela fait longtemps qu'un Anglais n'a plus gagné ici."

La deuxième demi-finale opposera donc Novak Djokovic à Juan Martin Del Potro, un classique puisque les deux rivaux se sont déjà affrontés onze fois depuis 2007, dont deux déjà cette année.

Malgré un genou gauche très douloureux après une cabriole spectaculaire dès le cinquième point du match, l'Argentin a sorti l'Espagnol David Ferrer (n°4) en trois manches (6-2 6-4 7-6).

"Plusieurs idées sombres m'ont traversé. J'ai été tout près d'abandonner mais c'était le Central, pour mon premier quart de finale" à Wimbledon, a dit Del Potro, vainqueur de l'US Open en 2009.

"J'ai pris des pilules magiques mais c'était douloureux. Je suis ravi d'avoir pu disputer un match aussi plein face à un garçon comme David qui court autant."

Novak Djokovic mène la série 8-3 mais il garde un mauvais souvenir négatif de leur seule confrontation sur gazon, puisque l'Argentin l'avait battu à Wimbledon lors de la "petite finale" des Jeux olympiques.

"Oui, j'ai perdu la médaille de bronze après un match serré", a relevé le Serbe.

"J'ai beaucoup de respect pour lui, c'est un vainqueur de Grand Chelem. Il a lutté contre des blessures mais il revient fort. Sur une demi-finale, tout est ouvert."

Edité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant