Wimbledon: Murray et Tsonga veulent saisir leur chance

le
0
Wimbledon: Murray et Tsonga veulent saisir leur chance
Wimbledon: Murray et Tsonga veulent saisir leur chance

par Eric Salliot

LONDRES (Reuters) - Annoncés comme les deux plus sérieux prétendants pour être l'élu du bas d'un bas de tableau déserté par Rafael Nadal, Andy Murray, 4e mondial, et Jo-Wilfried Tsonga, 6e mondial, seront au rendez-vous vendredi d'une demi-finale de Wimbledon qui offrira donc un finaliste inédit.

L'enjeu rend ce duel électrique. Présent pour la quatrième fois consécutive dans le dernier carré, l'Ecossais part logiquement favori. Un échec lui serait difficilement pardonné car cette quatrième tentative fait fantasmer tout un pays qui attend un finaliste depuis Bunny Austin, en 1938.

Sorti vainqueur d'un combat de près de quatre heures mercredi face à David Ferrer, Andy Murray a habilement repoussé la pression.

"Je ne sais pas si c'est ma meilleure chance, a dit Andy Murray. Quand j'avais joué Andy Roddick en 2009, c'était une bonne opportunité aussi, j'étais devant au classement et j'avais un bon bilan face à lui. Mais il avait joué de manière incroyable. En finale aussi."

"PAS LE DERNIER DES TONDUS SUR GAZON"

Soulagé d'avoir fait aussi bien que l'an dernier, Jo-Wilfried Tsonga promet d'aborder ce défi l'esprit léger. D'autant qu'après son entorse à l'auriculaire droit contractée au Queen's, il s'était vu un instant devoir tirer un trait sur les "Championships".

"Regardez mon doigt, il ne ressemble à rien, s'est-il marré en conférence de presse. Quand j'ai joué à la maison le jeudi 21 juin, je ne pouvais pas faire un revers, mais pas du tout. Les médecins m'ont assuré que je ne pouvais pas aggraver le truc mais que j'aurai mal. J'ai dit : 'Allez, j'y vais, je tente ma chance'. Et maintenant, je suis là."

Le Français reconnaît lui-même que ses sensations sont moins bonnes que l'an dernier, lorsqu'il avait estourbi Roger Federer. Mais il se sent fort dans la tête. Utile pour entrer dans une arène probablement surchauffée.

"Ça va être de la folie, de la folie douce bien sûr, prévoit-il. Andy va avoir la plupart des gens dans le stade derrière lui. Mais ça va être une petite pression aussi car il va avoir en face de lui un joueur - moi - contre qui il est censé gagner. Ca ne va pas être évident pour lui. Et puis, je ne suis pas le dernier des tondus sur gazon".

Ce sera le troisième affrontement sur gazon entre les deux hommes. Andy Murray a remporté les deux premiers, en 2010 à Wimbledon et l'an dernier en finale du Queen's.

En cas de victoire, Jo-Wilfried Tsonga rejoindrait dans l'histoire Cédric Pioline, seul Français de l'ère Open à avoir atteint la finale (en 1997) sur le gazon londonien.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant