Wimbledon: Maria Sharapova revient aux réalités du gazon

le
0
Wimbledon: Maria Sharapova revient aux réalités du gazon
Wimbledon: Maria Sharapova revient aux réalités du gazon

LONDRES (Reuters) - Maria Sharapova a reconnu qu'elle avait dû se forcer à revenir sur terre après son premier triomphe à Roland-Garros avant de se présenter à Wimbledon où elle a connu son premier moment de gloire en 2004 et une de ses pires déceptions l'an dernier.

"Je me suis promenée pendant trois jours avec le plus grand sourire du monde", a déclaré la championne russe redevenue n°1 mondiale grâce à sa victoire en finale de Roland-Garros, il y a deux semaines.

"Ensuite, je suis arrivée ici et je me suis dit qu'il fallait que je revienne à la réalité."

La réalité c'était se réacclimater au gazon et tirer une nouvelle fois les leçons de la finale de l'an dernier perdue 6-3 6-4 face à la Tchèque Petra Kvitova.

"Pour aussi dur que soit de perdre une finale du Grand Chelem, une des choses les plus dures pour un joueur de tennis est probablement de s'en remettre, de continuer à progresser et de retrouver l'espoir d'avoir une autre occasion", a-t-elle dit.

Passer de la terre battue de Roland-Garros au gazon de Wimbledon est "probablement l'enchaînement le plus dur dans le Grand Chelem", a jugé la Russe.

"C'est indubitable surtout si on sort d'une victoire ou d'une finale à Roland-Garros. Malgré l'envie de faire la fête et de savourer, c'est un nouveau jeu qui commence."

PORTE-DRAPEAU

Quand il lui a été demandé de donner des précisions sur l'ajustement technique qu'entraîne le changement de surface, Maria Sharapova a répondu :

"Les deux premiers jours, on se dit : 'attends, attends, tu ne peux pas glisser autant'. Alors, on se force à faire quelques pas de plus", a-t-elle dit.

"Ensuite, on prend beaucoup de plaisir car l'équilibre est très différent, le jeu tellement plus rapide sur gazon. On ne joue jamais des échanges de plus de quatre ou cinq coups."

La n°1 mondiale a souligné qu'un de ses soucis avant le début du tournoi était de ménager son épaule opérée en 2008 et de ne pas céder à un excès de confiance avant d'attaquer le tournoi qu'elle a remporté en 2004 à 17 ans.

"J'ai toujours pensé que si on se dit que tout va bien et qu'on se sent bien, il faut commencer être inquiète", a-t-elle dit.

Après le tournoi de Wimbledon viendront les Jeux olympiques sur les mêmes courts de l'All England Club et Sharapova ne cesse de proclamer sa fierté d'avoir été désignée porte-drapeau de la Russie pour la cérémonie d'ouverture.

"C'est un honneur énorme. J'ai dû lire le texto cinq fois et le lire à plusieurs personnes avant de me convaincre que j'avais bien compris", a-t-elle dit.

"J'ai reçu la demande au matin de mon match de troisième tour à Roland-Garros", a-t-elle ajouté avec un grand sourire. "J'ai été très heureuse de l'accepter".

Jean-Paul Couret pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant