Wimbledon: Mannarino profite de l'abandon d'Isner, blessé

le
0
ADRIAN MANNARINO PROFITE DE L'ABANDON DE JOHN ISNER
ADRIAN MANNARINO PROFITE DE L'ABANDON DE JOHN ISNER

LONDRES (Reuters) - Le Français Adrian Mannarino, 111e mondial, s'est qualifié mercredi pour le troisième tour de Wimbledon en profitant de l'abandon de John Isner après seulement dix points joués.

Le géant américain (n°18) s'est blessé au genou gauche en frappant un service sur le troisième point du match.

Après avoir remporté sa mise en jeu blanc, il a demandé une interruption, se montrant incapable de se déplacer sur le premier service du Français. À l'issue d'un traitement médical, il a repris le match mais à 1-1, 0-15 et boitant, il a renoncé.

Adrian Mannarino accède pour la première fois au troisième tour d'un tournoi du Grand Chelem, ce qui lui assure de réintégrer le Top 100. Vendredi, il affrontera l'Allemand Dustin Brown, un qualifié tombeur de l'Australien Lleyton Hewitt.

Le Français est plutôt chanceux cette année à Wimbledon. Il a intégré le tableau final à la dernière minute en profitant du fait que les organisateurs anglais n'avaient pas utilisé toutes leurs wild cards. Pour son premier match, il a affronté l'Espagnol Pablo Andujar, tout sauf spécialiste du gazon.

"J'étais un peu gêné car John Isner est sympa à voir jouer. On sentait que tout le monde était déçu, sauf moi et mon staff. On ne va pas être hypocrite, c'est super bien d'être au troisième tour de Wimbledon", a dit le Val-d'Oisien.

"Je n'ai pas toujours eu des cycles de chance. A Roland-Garros, c'était dur de perdre en ayant deux balles de match (face à Pablo Cuevas, NDLR)", a-t-il ajouté. "Je me dis que les gens éternellement poisseux, ça n'existe pas et j'ai continué à bosser."

Le Français est assuré, à 24 ans, de toucher le plus gros chèque de sa carrière, de quoi rendre sa vie sur le circuit un peu plus douce lors des prochains mois. "Je ne savais pas que c'était 75.000 euros. Ça va me permettre d'investir pour mon bien-être et ma carrière, peut-être partir avec un kiné."

Adrian Mannarino, qui évolue sans équipementier, estime que ce petit coup de projecteur pourrait lui faire franchir un cap. "Peut-être que si j'avais battu Isner à la régulière, cela aurait aidé. J'ai envie de prouver par mes résultats que je mérite d'avoir des gens qui me font confiance", a-t-il dit.

Eric Salliot, édité par Olivier Guillemain et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant