Wimbledon: Gasquet, seul Français à passer entre les gouttes

le
0
RICHARD GASQUET PASSE À WIMBLEDON
RICHARD GASQUET PASSE À WIMBLEDON

par Eric Salliot

LONDRES (Reuters) - Richard Gasquet est le seul Français qui soit parvenu à passer entre les premières gouttes de pluie, jeudi à Wimbledon, au terme d'une journée marquée par les abandons de Michaël Llodra et de Paul-Henri Mathieu.

Chez les femmes, les deux rescapées françaises du haut de tableau Caroline Garcia et Mathilde Johansson ont été également éliminées dès le deuxième tour. Jérémy Chardy (n°28) aurait pu venir contrebalancer ces mauvais résultats mais son match a été interrompu par la pluie.

En l'absence de Jo-Wilfried Tsonga, qui a abandonné mercredi, Richard Gasquet est désormais le porte-drapeau de la délégation française à Wimbledon.

Jeudi, le demi-finaliste de l'édition 2007 a enregistré sa dix-huitième victoire sur le gazon londonien face au Japonais Go Soeda, 129e mondial et issu des qualifications.

Après avoir remporté les huit premiers jeux, le Français s'est compliqué la tâche, oubliant de conclure à 5-2 dans le tie-break du troisième. Du coup, il a dû disputer une prolongation alors que la pluie menaçait (6-0 6-3 6-7 6-3).

"Je jouais bien, je ne lui laissais pas trop de temps mais il s'est mis à pleuvoir un peu et c'est devenu très glissant", a dit à la presse Richard Gasquet.

"Encore une fois je peux finir en trois sets mais c'est sûr qu'après, au quatrième, c'est un autre match qui peut commencer. Je fais des erreurs, je perds mon service, je commence à me tendre un peu mais bon, j'ai réussi à finir sur un court quand même glissant", s'est-il félicité.

Au troisième tour, Richard Gasquet affrontera l'Australien Bernard Tomic, seulement 59e mondial mais quart de finaliste au All England Club en 2011.

"C'est un bon joueur de gazon, il faudra faire un gros match. J'ai une partie de tableau difficile. Je trouve que quand même, tout le monde est là. Tomic a un jeu qui l'avantage sur cette surface car il joue à plat, fait beaucoup de slices, sert bien. Maintenant j'ai de quoi le battre", a estimé Gasquet.

"En ce moment il vit une période difficile mais je sais que dans le futur il sera un des meilleurs joueurs du monde. Il sera dans le Top 10 assez vite", a-t-il ajouté en allusion à l'agression dont son père et entraîneur, John, est accusé sur son ancien sparring-partner.

"ELLE A ÉTÉ TRÈS AGRÉABLE"

A la mi-journée, quelques heures avant son match, Richard Gasquet a vécu une situation cocasse. Le Français avait en effet été désigné volontaire pour accueillir Camilla, la Duchesse de Cornouailles, en visite à Wimbledon.

"Un 'Member' est venu dans le vestiaire et j'ai vite compris que je n'aurai pas le choix. Il m'avait dit de faire une révérence et de ne rien dire. Je lui ai dit que ça ne poserait pas de problème. Quand elle s'est présentée devant moi, elle m'a posé quelques questions, elle avait dû être briefée. Mais elle a été très agréable, ce n'était pas trop stressant", a-t-il raconté avec le sourire.

Gêné par une douleur à l'ischio gauche, Michaël Llodra, 53e mondial, a été contraint lui à son quatrième abandon à Wimbledon. Le Parisien a jeté l'éponge alors qu'il était mené 7-5 par l'Italien Andreas Seppi, tête de série numéro 23.

En proie à des problèmes aux cervicales, Paul-Henri Mathieu a également renoncé face à l'Espagnol Feliciano Lopez, alors qu'il était distancé 6-3 5-1.

A cause de la pluie, Jérémy Chardy devra finir son match face au qualifié allemand Jan-Lennard Struff, 115e mondial et issu des qualifications. Les deux hommes étaient à une manche partout.

Dans le tableau féminin, Caroline Garcia, 100e mondiale, a opposé une courageuse résistance à Serena Williams (n°1). Mais l'Américaine a imposé sa puissance 6-3 6-2 après 1h07 de jeu.

"C'était mieux qu'à Roland-Garros sûrement parce que je savais à quoi m'attendre", a déclaré la Lyonnaise âgée de 19 ans à l'issue de sa défaite.

"Il y a de la déception car j'étais rentrée pour aller chercher la victoire mais je suis contente de mon niveau de jeu. Je dois continuer à travailler et à progresser, notamment au retour de service parce que sinon je ne vais jamais réussi à la battre."

Programmée sur le Central, Mathilde Johansson, 98e mondiale, n'a pas pesé lourd non plus face à Agnieszka Radwanska (n°4).

Les conditions de jeu ont changé au cours de la partie puisque ce deuxième tour s'est achevé sous le toit. Mais la Polonaise n'a jamais tremblé et fini par s'imposer 6-1 6-3.

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant