Wimbledon: De Schepper en 8es, Gasquet, Paire et Chardy calent

le
0
JÉRÉMY CHARDY S'INCLINE FACE À NOVAK DJOKOVIC
JÉRÉMY CHARDY S'INCLINE FACE À NOVAK DJOKOVIC

par Eric Salliot

LONDRES (Reuters) - Pour la quatrième année consécutive, le tennis français est parvenu à placer deux représentants masculins en deuxième semaine à Wimbledon, mais l'identité des deux rescapés laisse songeur: Adrian Mannarino et Kenny De Schepper sont autant néophytes que méconnus du grand public.

Avec ses 203 centimètres et sa patte de gaucher, Kenny De Schepper a sauté sur l'occasion. Il a eu les nerfs nécessaires pour dominer en trois sets (6-4 7-6 6-4) l'Argentin Juan Monaco, le premier membre du Top 20 de sa carrière.

Déjà présent à cinq reprises au rendez-vous des huitièmes de finale, Richard Gasquet, tête de série n°9, a pour sa part raté un sixième carton d'invitation.

L'Héraultais a été battu 7-6 5-7 7-5 7-6 par Bernard Tomic, dont le 59e rang mondial reflète très mal le niveau sur l'herbe. Le Français n'a cédé qu'une fois sa mise en jeu mais l'Australien s'est montré plus fort sur les points cruciaux.

"C'est Wimbledon, l'un des plus grands tournois du monde, alors la déception est là", a dit Richard Gasquet.

"Mais ça s'est joué à peu de choses. Il a servi de manière exceptionnelle mais moi aussi. Ca n'a pas tourné du bon côté. Il sera dans les meilleurs joueurs du monde dans pas longtemps. C'est un talent énorme."

Le Français n'est cependant pas mécontent de couper une quinzaine de jours.

"La saison sur terre a été longue. La Coupe Davis en Argentine m'a coûté cher à Monte-Carlo mais, aujourd'hui, c'est tennistiquement que j'ai perdu. Je sais que lundi, je serai dans le Sud. Et surtout pas devant ma télé pour voir Tomic-Berdych."

CHARDY INEXISTANT

Egalement programmé sur le Central, Jérémy Chardy (n°28) n'a pas existé face à Novak Djokovic. Le numéro un mondial, d'une précision chirurgicale, a enregistré un succès éclair (6-3 6-2 6-2 en 1h26).

Le Palois a concédé sa septième défaite consécutive face au Serbe, contre lequel il désespère de grappiller un set après en avoir perdu 17 sans jamais en remporter un.

"Je ne sais pas trop quoi dire à part qu'il a été plus fort que moi partout", a dit Jérémy Chardy.

"Il m'a mis une énorme pression sur mon service. C'était frustrant. Il m'a fait mal sur mes deux points forts. Il te prive de temps. A un moment, je n'avais plus de solutions, j'étais perdu. Aujourd'hui, il m'a encore plus impressionné, il a encore élevé son niveau de jeu. Ils ont de la marge les meilleurs."

En début de journée, Benoît Paire (n°25) avait été surclassé par le Polonais Lukasz Kubot, 130e mondial, déjà tombeur d'un autre Français à ce stade de la compétition en 2011, en l'occurrence Gaël Monfils.

Un peu réfractaires aux règles strictes et aux traditions du All England Club, l'Avignonnais, fataliste, se projetait déjà sur des vacances en Corse.

Edité par Chrystel Boulet-Euchin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant