Wimbledon: Benoît Paire et Stéphane Robert ont rendez-vous

le
0
PAIRE ET ROBERT ONT RENDEZ-VOUS À WIMBLEDON
PAIRE ET ROBERT ONT RENDEZ-VOUS À WIMBLEDON

LONDRES (Reuters) - Il y aura au moins un Français au troisième tour de Wimbledon : Benoît Paire, tête de série n°25, et Stéphane Robert ont en effet franchi lundi le premier tour sur le gazon londonien et s'affronteront mercredi pour une place en 16e de finale.

Contraint à l'abandon la semaine dernière à S'Hertogenbosch en raison d'une douleur aux ischio-jambiers, Benoît Paire s'est rassuré en éliminant le Roumain Adrian Ungur, 94e mondial, en quatre sets (6-4 4-6 6-3 6-1).

"Il ne s'agissait que d'une élongation à un adducteur et j'ai pu me rétablir en quelques jours", a précisé Benoît Paire. "Je suis content d'être passé même si, après Roland-Garros, j'ai eu du mal à me remettre dedans. J'avais plus envie de m'amuser."

Pourtant, dès son premier entraînement au All England Club, l'Avignonnais avait perdu son sourire. Coupable d'avoir jeté sa raquette et provoqué un micro-trou sur l'herbe, il a été convoqué dans le bureau d'un juge-arbitre, sans conséquence.

A 33 ans, Stéphane Robert, 165e mondial et issu des qualifications, n'a connu aucune remontrance et a enregistré son premier succès à Wimbledon. Il a saisi sa chance face au Colombien Alejandro Falla, dominé en trois sets 6-3 7-6 7-5.

Réputé pour écumer le circuit secondaire, il n'a décroché là que sa 15e victoire sur le grand circuit. Il a passé les deux premiers mois de la saison au bout du monde pour aller chercher des points dans des tournois mineurs en Australie.

Une option payante qui lui a permis de remonter au classement et de participer aux qualifications de Roland-Garros, où il avait cédé au troisième tour.

"Je suis content d'enchaîner quatre victoires sur gazon, j'ai beaucoup d'atouts pour bien jouer là-dessus et ça paie", a-t-il déclaré. "Il y a dix jours, j'ai perdu en huitième de finale à Blois sur terre battue et j'ai débarqué aux qualifications en ayant l'impression de changer de sport. J'ai déjà passé un tour en Australie et à Roland-Garros et ça étoffe mon CV. Maintenant, c'est cool de jouer Benoît Paire, qui est très talentueux, j'ai beaucoup de plaisir à le voir."

Avec ce succès, Stéphane Robert est assuré de toucher un chèque d'au moins 38.000 livres (44.700 euros environ). "On va profiter du gâteau mais honnêtement, je ne galère pas. Je joue tant que c'est rentable. De toute façon, je suis toujours dans l'optique de me serrer la ceinture", a-t-il dit.

Eric Salliot, édité par Chrystel Boulet-Euchin et Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant