Wimbledon: Bartoli et Lisicki ont mérité leur finale

le
0
MARION BARTOLI EN FINALE DE WIMBLEDON
MARION BARTOLI EN FINALE DE WIMBLEDON

par Ed Osmond et Toby Davis

LONDRES (Reuters) - Marion Bartoli et l'Allemande Sabine Lisicki se sont qualifiées brillamment jeudi pour la finale du tournoi de Wimbledon, la Française avec une facilité déconcertante et l'Allemande au bout du suspense.

L'Auvergnate, tête de série n°15, a validé son billet pour la deuxième finale de sa carrière sur le gazon londonien en corrigeant l'une des révélations du tournoi, la Belge Kirsten Flipkens (n°20), 6-1 6-2.

Sabine Lisicki, qui s'est distinguée lundi en éliminant la favorite et numéro un mondiale Serena Williams, s'est quant à elle qualifiée aux dépens de la Polonaise Agnieszka Radwanska (n°4), battue 6-4 2-6 9-7.

Finaliste malheureuse il y a six ans contre l'Américaine Venus Williams, Bartoli tentera samedi de décrocher sa première victoire en Grand Chelem, tout comme Lisicki.

Aucun Français, hommes et femmes confondus, n'avait atteint la finale d'un Majeur depuis celle perdue en 2008 par Jo-Wilfried Tsonga à l'Open d'Australie.

"Je n'arrive pas à y croire", a réagi Marion Bartoli juste après sa victoire sur le Central. "J'ai tellement bien joué aujourd'hui, je me sentais très bien."

Depuis le début de ce Wimbledon 2013 très étrange, quasiment déserté par les têtes de série éliminées les unes après les autres, Marion Bartoli affiche une détermination et une autorité rares. Pour preuve, elle n'a toujours pas perdu un set.

Jeudi, elle a étouffé son adversaire, 20e mondiale, d'entrée en lui assenant aussi bien des coups puissants et gagnants de fond de court que des aces et de subtils lobs.

L'effet a été immédiat: après s'être détachée 3-0 puis 5-1, la Française a bouclé la première manche dans le jeu suivant, sur un service gagnant, après 27 minutes.

A ce moment précis, la Belge était tellement perdue qu'elle en oublia de changer de côté, pensant que le premier set n'était pas terminé.

"C'ÉTAIT INCROYABLE"

Tombeuse surprise de Petra Kvitova (n°8) au tour précédent, celle qui est surnommée "Flipper" a cédé les trois premiers jeux de la deuxième manche avant de se faire soigner le genou droit, pendant de longues minutes.

Revigorée par ce temps mort médical, Flipkens a entretenu brièvement l'espoir d'un retournement de situation en breakant Bartoli à son retour sur le terrain. Mais ce ne fut pas suffisant, la Française ne la laissant pas le temps de reprendre confiance.

L'autre demi-finale s'est déroulée selon un scénario complètement différent. Et à la fin de la rencontre, Sabine Lisicki n'en revenait d'ailleurs toujours pas.

"C'était incroyable. Les derniers jeux ont été hyper palpitants", a dit la tête de série n°23 du tournoi juste après avoir salué le public du Central, conquis.

"Je ne savais vraiment pas comment ça allait finir. Je me suis battue de tout mon coeur et j'étais persuadée que je pouvais gagner, peu importe le score", a-t-elle ajouté.

Après une première manche solide remportée 6-4, l'Allemande a commencé à avoir des sautes de concentration dont a su profiter son adversaire, finaliste l'année dernière à Wimbledon.

A 5-4 en sa faveur, lorsqu'elle a servi pour le match, Sabine Lisicki pensait avoir fait le plus dur. Mais c'était sous-estimer les ressources de Radwanska, qui a recollé dans la foulée puis mené 7-6.

Dos au mur, Lisicki a alors sorti son meilleur tennis en enchaînant trois jeux d'affilée pour sceller enfin la victoire et devenir la première Allemande à se qualifier pour la finale de Wimbledon depuis Steffi Graf, en 1999.

Avec Eric Salliot, Olivier Guillemain pour le service français, édité par Gregory Blachier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant