Williams, la fierté galloise

le
0
Williams, la fierté galloise
Williams, la fierté galloise

Au pays de Galles, il y a eu la légende Ryan Giggs. Désormais, ses héritiers se nomment Gareth Bale et Aaron Ramsey. Moins médiatisé, moins spectaculaire, Ashley Williams est pourtant le capitaine d'une sélection qui a décroché une qualification historique pour l'Euro 2016. Une récompense aussi personnelle pour le défenseur de Swansea que rien ne prédestinait à briller aussi haut.

Ce n'est pas seulement un privilège ni même une fierté incommensurable. À chaque fois qu'Ashley Williams revêt le maillot de sélection du pays de Galles, c'est avec la conviction de ceux qui n'ont d'autre choix que de prouver. Encore et toujours. Parce que le défenseur de 31 ans n'est pas né sous la bannière du dragon rouge, mais sous celle de Sa Majesté, à Tamworth. Un destin qu'il n'a pas choisi et qui lui a valu, bien malgré lui, des railleries. Comme cette fois où, au cours de la saison 2013/2013, à l'occasion d'un derby gallois bouillant entre son club Swansea et Cardiff City, il entend descendre des travées : "Ashley Williams, il n'est même pas gallois !" Des réactions virulentes que le principal intéressé a fini par ignorer, sachant lui-même le sentiment éprouvé au moment de représenter sa patrie.

"Pour être honnête, ces comportements m'ont fait rire, confiait-il, avec du recul, en mars dernier. Je ne suis pas né ici (au pays de Galles, ndlr), j'ai grandi en regardant l'équipe d'Angleterre au foot et au rugby. J'ai du sang gallois, mais je ne suis pas assez stupide pour aller dire autour de moi : "Je suis gallois, je suis né à cette date et à cet endroit." Mais je sais ce que je ressens. Ça fait sept ans que je vis ici et j'ai mes racines ici. Mes enfants sont gallois, ils vont à l'école ici, ma famille et notre maison sont là et on va probablement rester lorsque je prendrai ma retraite. Je sais que les gens ont leur opinion à ce sujet, mais j'espère qu'ils peuvent voir que je donne tout pour mon pays. J'ai déjà joué en étant blessé, j'ai appris l'hymne avant même de rejoindre la sélection et je me suis renseigné sur les précédentes équipes. Je me suis plongé dans tout ça. Il y a une responsabilité de porter ce maillot, j'en ai bien conscience." Depuis sa première sélection en mars 2008, du temps est passé. Ashley Williams compte 55 capes et est devenu capitaine du pays de Galles. Surtout, il s'est érigé en tant que porte-étendard d'une nation qui a créé l'exploit de se qualifier pour l'Euro 2016, soit la première participation à une phase finale depuis le Mondial 1958. Une consécration nationale qui a lui a permis d'être adoubé par tous.

Introducing the European Qualifiers All-Star team! Do…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant