William Rémy : " Bollaert mérite la Ligue des champions "

le
0
William Rémy : " Bollaert mérite la Ligue des champions "
William Rémy : " Bollaert mérite la Ligue des champions "

Formé à Lens, révélé à Dijon, William Rémy fait ses preuves en Ligue 1 avec Montpellier. Actuellement arrière droit de fortune, le défenseur central de formation nous parle de ses regrets d'avoir quitté l'Artois, de Gaël Kakuta ou encore de Loïc Rémy.

Tu étais libre cet été, à part Montpellier, il y avait combien de clubs intéressés par ton profil ? Ce sont des trucs que je laisse à mes agents. Je savais que des équipes étaient intéressés, mais je n'ai pas posé de questions, ils ne m'ont informé que des choses concrètes. Quand Montpellier s'est positionné, je n'ai pas attendu.

Qu'est-ce qui t'a fait opter pour Montpellier ? C'est un bon club, qui a été champion de France il n'y a pas longtemps, qui a terminé à une bonne place la saison dernière. C'est un club stable, c'est bon pour ma progression. Par rapport à mon plan de carrière, c'est une étape naturelle après Dijon.

Tu as été recruté par un entraîneur qui n'est plus là, Rolland Courbis. Comment as-tu vécu l'arrivée d'un autre coach ?
Je l'ai vécu assez bien, dans la mesure où le nouveau coach est venu avec ses idées, mais n'a pas tout chamboulé. Frédéric Hantz, c'est un entraîneur qui sait faire la part des choses. Qui peut blaguer comme crier si c'est nécessaire. Quand c'est l'heure de bosser...

Avec Montpellier, tu as joué au milieu, en défense centrale et maintenant arrière droit... Tu préfères quel poste ? Mon poste de prédilection c'est défenseur central, mais après je m'adapte. Je ne vais pas me plaindre de jouer. Déjà en formation au RC Lens, j'alternais entre le milieu et la défense, et cela allait assez bien. Enchaîner maintenant avec le poste d'arrière droit, c'est nouveau. J'avais joué un peu à ce poste par le passé mais jamais aussi longtemps qu'actuellement. Il y a des consignes spécifiques à assimiler pour ce poste, alors qu'entre le 6 et la défense centrale il y a des similitudes. Arrière latéral, c'est un positionnement totalement différent, le travail de replacement, les repères visuels sont différents.

« Quand Mammadov est arrivé, je n'imaginais pas que Lens allait devenir comme le PSG, mais j'imaginais quand même que le club aurait de bons moyens. »
En 2012, tu disposais d'une offre de prolongation de quatre ans avec Lens, mais tu as décliné pour partir à Dijon. La première grosse décision…










Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant