William McCrum, inventeur et solitaire malgré lui

le
0
William McCrum, inventeur et solitaire malgré lui
William McCrum, inventeur et solitaire malgré lui

Si certaines personnes célèbres pour ce qu'elles ont apporté au sport ont eu l'hommage qu'elles méritaient lors de leur mort, d'autres, en revanche, sont tombées dans l'oubli au moment de passer l'arme à gauche. Comme William McCrum par exemple. Un Irlandais, inventeur du tir au but, et décédé dans la tristesse, l'oubli et la solitude. Portrait d'un type à qui Antonín Panenka doit beaucoup.

28 février 2015. Dans la petite ville d'Armagh, en Irlande du Nord, l'ambiance est plus intense qu'à l'accoutumée. Pour quelle raison ? Parce qu'un petit événement – mais un événement quand même – vient perturber le quotidien des quelque 53 000 habitants du comté. Près du cimetière de la St. Patrick's Church of Ireland Cathedral, certains d'entre eux assistent à la rénovation d'une pierre tombale vieille de 82 ans et complètement défraîchie, financée par la FIFA. Surprenant. Mais de quelle sépulture l'instance mondiale du football pourrait-elle bien payer la réparation ? De celle de William McCrum. Si ce nom ne dit rien de spécial à une majorité de fans de football, c'est probablement parce que ce Nord-Irlandais est tombé dans l'oubli. Et ce, malgré ce qu'il a apporté au monde du ballon rond : le penalty. La quatorzième loi – sur dix-sept – du sport roi. Rien que ça.

Master Willie


Si la FIFA a mis la main à la poche pour honorer le bonhomme mort en 1932, c'est pourtant bien avant l'existence de l'organisation que la vie de William McCrum a débuté. En 1872 précisément. À Armagh, le petit William naît à l'abri des soucis. Son père, Robert McCrum Garmany, est plein aux as. Millionnaire grâce à l'industrie du coton, il peut largement subvenir aux besoins et envies de sa famille, et de son fils. Un petit garçon en qui il voit son reflet, une relève, un futur patron du business qu'il a construit. Un mioche qu'il veut à tout prix modeler à son image, en somme. Et pour ça, le père McCrum a déjà prévu la carrière et l'avenir de son petit. Très jeune, celui que famille et amis surnommeront plus tard "Master Willie" est intégré par son paternel au sein de l'entreprise familiale pour travailler, faire tourner la boutique et apprendre la vie. Mais très vite, William McCrum se rend compte que produire du coton n'est pas ce qu'il a envie de faire à long terme. Non, la tête dans les étoiles, il pense, en secret, à la passion qui l'anime chaque jour : le football. Mais il tombe de haut lorsque, plein d'espoir, son père lorsqu'il lui annonce qu'il s'oppose à ce que le jeune Will veuille faire du foot. Rebelle et caractériel, le garçon décide de ne pas se laisser faire, quitte à aller au clash. C'est d'ailleurs ce qui finira par se passer. Robert McCrum invite son fils à vivre comme il l'entend, mais l'exclut de ses usines. Un coup dur qui l'oblige à persévérer dans la voie de son choix, celle du…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant