William Foulke, le gros'llkeeper

le
0
William Foulke, le gros'llkeeper
William Foulke, le gros'llkeeper

Quand on pense aux gardiens anglais emblématiques, on pense obligatoirement à Gordon Banks, Peter Shilton ou Ray Clemence. Les plus anciens, ou les plus curieux, se souviennent eux de William " Fatty " Foulke, un gardien de but aux dimensions gargantuesques qui officiait au début du siècle dernier.

Thibaut Courtois, Hugo Lloris, David de Gea, Kevin Trapp ou encore Marc-André ter Stegen et Manuel Neuer, tous ces gardiens de but le prouvent : on a aujourd'hui tendance à préférer des portiers grands par la taille. Mais l'autre point commun de ces joueurs, c'est qu'aucun d'eux n'est en surpoids. Car le foot moderne ne le tolère pas, ni pour les joueurs de champ ni pour les gardiens de but. Nouvelle preuve qu'en un siècle à peine, le football a bien évolué. Au début du siècle dernier, il n'était effectivement pas si rare de trouver dans les buts des clubs récemment créés des gardiens de but énormes. Énormes par le talent, parfois, mais surtout énormes par le poids. Le plus célèbre d'entre eux s'appelait William Foulke et était logiquement surnommé "Fatty Foulke". Il mesurait au bas mot 1,93 mètre (les rapports varient) et pesait 152 kilogrammes. Il était surtout connu pour son comportement imprévisible et son amour démesuré de l'alcool. Un homme pas comme les autres, qui est malgré tout devenu la première star de l'histoire du football.

Who ate all the pies ?


Né en 1874 à Dawley, dans le Shropshire, William Foulke commence le football dans le petit village de Blackwell Pit au début des années 1890. Il est très rapidement repéré et recruté par Sheffield United, en 1894. À l'époque, il est recruté pour vingt livres, une véritable petite fortune. Jusqu'en 1905, il devient le meilleur gardien du championnat, permettant aux Blades de remporter un titre de champions (en 1898) et de ramener la Coupe d'Angleterre à Bramall Lane (1899 et 1902). En 1895, déjà, Scottish Sport vantait ses mérites : " Avec Foulke, Sheffield a trouvé un gardien qui ne sera pas battu facilement. Il fait partie de ces gros joueurs qui peuvent s'asseoir sur la barre transversale quand ils le veulent, mais il n'est pas pataud comme les autres. " Lors de la saison 1895-1896, il empocha trois livres par semaine, devenant le footballeur le mieux payé du championnat, loin devant la moyenne des joueurs, qui touchaient une petite livre par semaine, deux dans le meilleur des cas.

[DIV…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant