WikiLeaks, le poison anti-Clinton

le
0
WikiLeaks, le poison anti-Clinton
WikiLeaks, le poison anti-Clinton

Wikileaks, faiseur de roi ? La sulfureuse organisation, qui revendique la publication depuis 2006 de plus de dix millions de documents souvent confidentiels, s'immisce depuis quelques semaines dans le duel Trump-Clinton.

 

Et des deux rivaux pour la Maison-Blanche, c'est la candidate démocrate qui a le plus à craindre du pouvoir de nuisance du site, célèbre pour avoir fait fuiter de nombreux télégrammes de la diplomatie américaine à partir de novembre 2010... quand Hillary Clinton la dirigeait !

 

Le 12 juin dernier, son fondateur, Julian Assange, lance l'offensive. Depuis l'ambassade équatorienne de Londres où il s'est réfugié il y a quatre ans, l'Australien de 45 ans annonce à la télévision la publication imminente d'e-mails compromettants « liés à Hillary Clinton ». Tout en qualifiant Donald Trump de « phénomène imprévisible », il ne cache pas son hostilité à l'égard de l'ex-first lady : « Elle a encouragé des poursuites à l'égard de WikiLeaks, encore en cours. Donc, nous la voyons un peu comme un problème, pour la liberté de la presse plus généralement. »

 

La menace de grand déballage est mise à exécution le 22 juillet, juste avant la convention de Philadelphie qui doit consacrer Clinton. Parmi les 19 000 messages du Comité national démocrate (DNC) diffusés, certains montrent que la direction du parti, censée être impartiale, a cherché à défavoriser Bernie Sanders, l'adversaire de Clinton à la primaire. La fuite jette la suspicion de la victoire de Hillary Clinton et alimente la colère des partisans de Sanders. Avant qu'éclate ce scandale, un hackeur caché derrière le pseudonyme Guccifer 2.0 avait, lui aussi, diffusé des documents provenant du serveur du comité démocrate. Les enquêteurs s'étaient vite orientés vers la piste de l'espionnage russe, mais rien n'a prouvé jusqu'ici que WikiLeaks ait obtenu les e-mails par ce biais.

 

Mardi dernier, Julian Assange a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant