WikiLeaks: Julian Assange dénonce le "procès-spectacle" de Bradley Manning

le
0
WikiLeaks: Julian Assange dénonce le "procès-spectacle" de Bradley Manning
WikiLeaks: Julian Assange dénonce le "procès-spectacle" de Bradley Manning

Le fondateur de WikiLeaks, l'Australien Julian Assange, réfugié à l'ambassade d'Equateur à Londres, a condamné mardi "le procès-spectacle" de Bradley Manning, le soldat américain accusé d'être à l'origine de la fuite, au profit du site internet, de 700.000 documents classifiés américains."Le procès en cour martiale du prisonnier politique le plus important de l'histoire moderne des Etats-Unis a enfin commencé", a déclaré Julian Assange dans un communiqué diffusé sur le site de WikiLeaks.Le cyber-militant australien dénonce le fait que le soldat américain, jugé depuis lundi sur la base militaire de Fort Meade, dans le Maryland, près de Washington, soit poursuivi, selon lui, pour "le crime de dire la vérité"."Ce n'est pas de la justice. Ca ne peut en aucun cas être de la justice. Le verdict a été rendu il y a longtemps", a-t-il poursuivi."Il est juste de qualifier ce qui arrive à Bradley Manning de +procès-spectacle+", a-t-il écrit."C'est un exercice de relations publiques destiné à fournir au gouvernement (américain) un alibi pour la postérité. C'est un spectacle de vengeance inutile, une mise en garde théâtrale aux personnes ayant une conscience", écrit-il encore."Lorsque le fait de communiquer avec la presse revient à +aider l'ennemi+, c'est +l'information des peuples+ qui devient criminelle", a-t-il encore jugé.Si le gouvernement américain arrive à prouver que les milliers de documents classés secret défense que Bradley Manning a divulgués sont parvenus entre les mains d'Al-Qaïda, il encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Il a plaidé coupable de 10 chefs d'accusation sur les 22 qui pèsent contre lui mais s'est dit innocent des charges les plus lourdes de "collusion avec l'ennemi" ou de "publication sur internet de renseignements militaires en sachant qu'ils seront accessibles à l'ennemi".L'accusation porte sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant