WikiLeaks-Fillon pour suspendre la négociation transatlantique

le , mis à jour à 11:54
0

PARIS, 25 juin (Reuters) - L'ancien Premier ministre François Fillon a appelé jeudi l'Union européenne et la France à suspendre les négociations sur le traité de libre-échange transatlantique après les révélations de Wikileaks sur les écoutes américaines de présidents français. Le Front de Gauche, le Front national et une partie des écologistes, voire quelques socialistes, s'opposent au futur traité transatlantique (TTIP), notamment parce qu'ils redoutent l'installation de tribunaux d'arbitrage privés pour les litiges entre Etats et multinationales. Le député Les Républicains n'a pas joint sa voix à celles des opposants mais a estimé que les conditions actuelles de la négociation menaient vers un traité déséquilibré et que l'affaire des écoutes de l'Elysée devait entraîner l'arrêt temporaire des négociations. "Il y a [une décision] qu'il faut prendre tout de suite, c'est suspendre les discussions sur l'accord transatlantique tant qu'il n'y a pas des engagements suffisamment clairs des Etats-Unis sur cette question" des écoutes, a dit François Fillon sur RTL. "Derrière cette affaire, il y a quelque chose de beaucoup plus grave", a ajouté celui qui espère créer la surprise lors de la primaire à droite pour la présidentielle de 2017, alors que les sondages le donnent très loin de Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. "L'Europe n'est pas indépendante et l'Europe n'est pas indépendante parce qu'elle ne fait rien pour être indépendante. C'est moins les Américains qu'il faut blâmer que la faiblesse des Européens", a-t-il insisté. Bien que les discussions soient en cours et que le contenu du traité soit encore loin d'être finalisé, l'ancien chef du gouvernement le juge trop favorable aux Etats-Unis dans sa forme actuelle. "Je ne demande pas qu'on arrête toute négociation. L'idée qu'il puisse y avoir un traité de libre-échange avec les Etats-unis ne me choque pas du tout. Ce que je constate aujourd'hui c'est que c'est toujours déséquilibré", a-t-il dit. "L'Union européenne prend des mesures pour séparer les activités de banque de détail et de banque d'affaires, tout le monde comprend que ça va être une formidable porte d'entrée pour les banques européennes en Europe", a-t-il ajouté. "Sur la régulation des assurances, c'est la même chose. Il y a un déséquilibre qui devient insupportable et qui appelle une réaction politique plus vigoureuse." (Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant