WikiLeaks: dernière ligne droite du procès de Bradley Manning

le
0
WikiLeaks: dernière ligne droite du procès de Bradley Manning
WikiLeaks: dernière ligne droite du procès de Bradley Manning

Le procès de Bradley Manning, le soldat accusé d'avoir transmis des centaines de milliers de documents diplomatiques et militaires à WikiLeaks, entame jeudi sa dernière ligne droite à Fort Meade, avec le réquisitoire et la plaidoirie.Sur cette base militaire située au nord de Washington, à l'issue de près de deux mois d'audience, l'accusation menée par le major Ashden Fein doit prendre la parole jeudi matin pour ses "arguments de clôture". Il tentera de démontrer une dernière fois que le jeune homme de 25 ans s'est rendu coupable de "collusion avec l'ennemi" --en l?occurrence al-Qaïda-- en transmettant à l'organisation de Julian Assange ces documents classifiés qui ont ensuite été mis en ligne sur l'internet.Ce chef d'accusation est passible de la peine de mort, mais l'accusation a indiqué il y a plusieurs mois qu'elle ne demanderait que la réclusion à perpétuité sans remise de peine. Pour obtenir la condamnation de l'ex-analyste du renseignement en Irak, elle doit convaincre la juge militaire Denise Lind "au-delà du doute raisonnable" que Bradley Manning avait conscience que ces documents pouvaient finir dans les mains d'al-Qaïda.Arrêté en Irak en mai 2010, le jeune homme est également poursuivi pour 21 autres chefs d'accusation et de violations du code de justice militaire américain pour lesquels il encourt un total de 154 ans de prison. Ces chefs, relatifs à une "conduite de nature à jeter le discrédit sur les forces armées", comprennent notamment des violations de la loi sur l'espionnage de 1917, des chefs de fraude informatique et de vols."Provoquer un débat public"Au total, Manning a téléchargé à partir de novembre 2009 depuis des ordinateurs militaires quelque 250.000 câbles diplomatiques américains, des dizaines de milliers de rapports militaires sur les guerres en Irak et en Afghanistan, des documents relatifs aux détenus de la prison américaine de Guantanamo à Cuba ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant