WikiLeaks accuse Google de collusion avec les autorités américaines

le
0
WikiLeaks accuse Google de collusion avec les autorités américaines
WikiLeaks accuse Google de collusion avec les autorités américaines

Le site internet WikiLeaks a accusé lundi Google d'avoir facilité le travail des autorités américaines pour accéder aux courriers électroniques de trois de ses journalistes, et de ne pas les avoir prévenus suffisamment tôt pour qu'ils puissent organiser leur défense.Ces emails ont été transmis par Google à la demande d'un juge américain, affirme le site de Julian Assange, qui publie des copies de mandats, émis en 2012, ordonnant au géant de l'internet de "livrer" au gouvernement "tous les messages électroniques", brouillons y compris, des comptes Gmail des trois journalistes.Ces trois personnes, Sarah Harrison, Joseph Farrell et Kristinn Hrafnsson, n'ont été prévenues par Google que le 23 décembre 2014 de l'existence de cette procédure, selon WikiLeaks.Il est "consternant" que Google ne les ait pas avertis plus tôt, poursuit WikiLeaks dans un communiqué. Ce "défaut de notification a empêché les trois journalistes de protéger leurs intérêts, et notamment leur droit à la confidentialité".D'autant, renchérit le site internet, que la légalité de cette procédure judiciaire est largement contestable."Nous avons des raisons de croire que ces mandats ont été pris en violation du Privacy Protection Act de 1980 (...) qui protège les journalistes et les éditeurs" des intrusions du pouvoir judiciaire, assurent les avocats de WikiLeaks dans une lettre adressée au département de la Justice américain."La manière dont les autorités américaines ont demandé à Google de fournir ces documents est inacceptable", a insisté à Genève l'ancien juge espagnol Baltasar Garzon, qui assure la défense de Julian Assange, lors d'une conférence de presse.S'il s'avère que le géant de l'internet n'a rien fait pour s'y opposer, "nous explorerons tous les options disponibles contre Google et le gouvernement américain", a prévenu M. Garzon."Nous appliquons la loi comme toute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant