Wiel Coerver, le " Albert Einstein du football "

le
0

Wiel Coerver a quitté le monde du football il y a quatre ans jour pour jour. Un monde pour lequel il a fait beaucoup, sans que personne ne le sache vraiment. Entraîneur correct d'Eredivisie, le natif de Kerkrade a profondément changé la donne en matière de formation de joueurs depuis plus de trente ans.

Plus que nul autre territoire, les Pays-Bas sont un véritable pays de ballon rond. Dix-sept millions d'habitants desquels ont émergé des générations entières de joueurs depuis un siècle, façonnant l'Europe, voire le monde du football. De nombreux entraîneurs, aussi. D'abord Rinus Michels. Puis Leo Beenhakker, Johan Cruijff, Guus Hiddink, Dick Advocaat, Louis van Gaal, Frank Rijkaard. Une école hollandaise qui, comme son illustre homonyme quatre cents ans plus tôt, redessina les contours de son art. Un Panthéon auquel ne figure que très rarement – et assez injustement – Wiel Coerver. La faute à un parcours en club pas aussi étincelant que celui de ses confrères. Pourtant, l'ancien entraîneur du Feyenoord Rotterdam inventa à la fin des années 70 une méthode qui allait influencer en profondeur la formation des joueurs, notamment en équipes de jeunes, sobrement intitulée " Méthode Coerver ". Après tout, si on a surnommé un jour cet entraîneur le " Albert Einstein du football ", c'est qu'il tenait plus du savant que du fou.
Des chercheurs universitaires en guise de consultants
Avant d'avoir été entraîneur, Wiel Coerver a joué au football. Au Rapid JC Kerkrade (qui deviendra ensuite le Roda JC) plus précisément, club professionnel de la ville d'origine du technicien batave, qu'il ne quittera qu'à quelques reprises pour aller coacher à quelques kilomètres. Il y remporta notamment un championnat des Pays-Bas en 1956 avant de prendre sa retraite à 35 ans, trois ans plus tard. Cela fait un an qu'un Brésilien a éclaboussé de son talent la Coupe du monde organisée en Suède en 1958 : Edson Arantes do Nascimento dit Pelé. Wiel Coerver, déjà dans la peau de l'entraîneur, remarque une chose chez O Rei : son football n'est pas qu'une affaire de talent, mais aussi de travail personnel. Coerver prend alors en charge sa première équipe, les amateurs du SVN Landgraaf. Son premier laboratoire. Pendant sept ans, l'entraîneur batave va développer un jeu anormalement sexy, tourné vers l'offensive et la circulation de balle, dans des divisions inférieures plus souvent habituées aux dimanches froids pleins de boue et de sueur.

Si le SVN Landgraaf peut afficher un niveau de technique aussi élevé par rapport à ses rivaux, c'est parce que Coerver a décidé de concentrer son coaching sur une chose qui lui paraît fondamentale : les capacités individuelles de chacun. Chaque joueur doit posséder un…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant