WhatsApp, Messenger... Vos messageries ont-elles accès à vos communications ?

le , mis à jour à 14:58
0
WhatsApp, Messenger... Vos messageries ont-elles accès à vos communications ?
WhatsApp, Messenger... Vos messageries ont-elles accès à vos communications ?

Enquêter plus efficacement sur les réseaux terroristes et djihadistes, sans porter atteinte à la vie privée des individus. C'est le défi auquel doivent faire face les services de renseignements en cherchant à contourner le chiffrement des communications en ligne.

 

Le chiffrement, c'est la protection par un mot de passe, ou une clef de cryptage, de communications ou de documents stockés en ligne. C'est ce que propose par exemple l'application de messagerie Telegram, dont les créateurs vantent un système de sécurité « indéchiffrable » et refusent de collaborer avec les États. Les services de renseignement ne peuvent pour l'instant pas consulter ces messages cryptés, alors même que des organisations terroristes, comme le groupe Etat islamique, utilisent cette application.

 

Alors que le débat sur l'importance du chiffrement se poursuit (lire plus bas), les principales applications de messagerie ont elles-mêmes sécurisé, à différents niveaux, les communications de leurs utilisateurs. La plupart y ont toutefois accès. 

 

Six applications de messagerie et leur niveau de sécurité :

 

WhatsApp

L'application utilise un chiffrement « de bout en bout » : votre interlocuteur et vous-mêmes êtes les seuls à posséder une clef permettant de décrypter le message - ce serait la méthode de chiffrement la plus sûre, notamment recommandée par le lanceur d'alerte Edward Snowden. WhatsApp ne peut y accéder, même si l'entreprise peut consulter les métadonnées (date et heure d'envoi, parfois le lieu, la taille du message et l'identité des auteurs) ainsi que la liste des contacts et les transmettre aux autorités en cas de demande.

En cas d'utilisation sur les systèmes d'exploitation iOS (Apple) ou Android (Alphabet), une sauvegarde en ligne des messages WhatsApp peut être autorisée par l'application. Les discussions sont alors sauvegardées sur le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant