Westinghouse bien parti pour vendre 8 réacteurs à la Chine

le
4
WESTINGHOUSE CONFIANT POUR LA VENTE DE HUIT RÉACTEURS À LA CHINE
WESTINGHOUSE CONFIANT POUR LA VENTE DE HUIT RÉACTEURS À LA CHINE

PEKIN (Reuters) - Westinghouse Electric est bien parti pour décrocher plusieurs contrats en Chine portant sur la construction de huit nouveaux réacteurs nucléaires, a déclaré Timothy Collier, le directeur général de sa filiale chinoise.

Soucieuse de réduire la pollution des énergies fossiles, la Chine a lancé le plus important programme de développement du nucléaire civil depuis la catastrophe de Fukushima de 2011 au Japon. Les huit projets ont un coût estimé à 24 milliards de dollars (17,3 milliards d'euros).

Les grands groupes nucléaires chinois sont intéressés par les réacteurs de troisième génération AP1000 de Westinghouse, groupe basé aux Etats-Unis mais contrôlé par le japonais Toshiba

"Nous sommes actuellement à différents stades de négociations pour huit nouvelles unités", a déclaré Timothy Collier à Reuters.

La Chine a 20 réacteurs nucléaires en service et 28 autres en construction. Sun Qin, président de l'opérateur China National Nuclear Corporation (CNNC) a récemment dit à Reuters que 20 autres réacteurs pourraient sortir de terre dans les six prochaines années.

Les capacités installées de la Chine dans le domaine de l'énergie nucléaire sont de 15,69 gigawatts selon les derniers chiffres officiels. Pékin entend arriver à un niveau de 58 GW d'ici la fin de la décennie.

Les huit nouveaux réacteurs seront construits sur quatre sites parmi lesquels Sanmen, dans la province côtière du Zhejiang, et Haiyang dans la province septentrionale du Shandong, où quatre réacteurs AP1000 sont déjà en construction.

CNNC et China General Nuclear Power Group négocient aussi la construction de quatre réacteurs à Xudapu, dans la province du Liaoning, et à Lufeng dans celle du Guangdong. Ces projets ont d'ores et déjà reçu le feu vert du gouvernement, a dit Timothy Collier.

Le programme nucléaire chinois attire nombre d'équipementiers et fournisseurs comme les français Alstom et Areva.

(Matthew Miller, avec Huang Yan, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • remimar3 le lundi 21 avr 2014 à 13:04

    "et allez on continue à jouer avec le feu…" continuez sur votre lancée et prenez en compte le pollution monstre en chine à cause du charbon. Allez on fait comment pour produire de l'énergie en masse pour alimenter la croissance chinoise ? On retourne à l'ère de Mao ? Quand on critique il faut tout mettre sur la table, sinon c'est trop facile et ça ne sert à rien.

  • grinchu1 le lundi 21 avr 2014 à 13:03

    et nous, on vend une centrale à charbon....Qu'a fichu Areva et Lauvergeon depuis 10ans ?Nous sommes foutus sur ce marché alors que nous étions devenus les premiers...M...92 confond catastrophe nucléaire (tendance zéro) et catastrophe naturelle...

  • nayara10 le lundi 21 avr 2014 à 11:44

    Dans dix ans ,ils prendront les centrales Françaises en charge par leur savoir-faire à bas coût et les EELV seront réjouit.Balance commerciale -30 Milliards .Il y a maintenant la VAlSE du boulot ...

  • M5918992 le lundi 21 avr 2014 à 11:30

    et allez on continue à jouer avec le feu (nucléaire) ça ne suffit pas les catrastrophe nucléaire connue sans compter celles que l'on nous parlent pasl'être humain veut vraiment détruire la terre