Westerwelle, le boulet d'Angela Merkel

le
0
Il y a dix-huit mois, le ministre des Affaires étrangères était pourtant l'homme fort de la coalition.

Une nouvelle tempête se prépare au sein du gouvernement de centre droit d'Angela Merkel. Les libéraux du FDP, principaux partenaires de coalition de la CDU de la chancelière, sont plongés dans une lutte intestine depuis que Guido Westerwelle a annoncé, dimanche, son intention de quitter la direction du parti. Très contesté après une série de défaites électorales et de sondages désastreux, le chef de la diplomatie allemande aurait aussi accepté d'abandonner ses fonctions de vice-chancelier. Mais il s'accroche à son portefeuille ministériel alors que les ténors du parti se disputent la répartition des postes.

Dimanche soir, la chancelière a assuré que ces bouleversements ne grèveraient pas le travail de sa coalition conservatrice-libérale, qui «va continuer de la même manière» qu'auparavant. Mais les observateurs politiques n'y croient pas. «La coalition va souffrir. Son problème principal est le manque de crédibilité», juge ainsi la Berliner Zeitung. «Les...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant