Wendel intéresse à nouveau la justice

le
0
L'ex-directeur juridique du groupe, Arnaud Desclèves, réclame 6,8 millions d'euros à la société d'investissement ainsi qu'à trois dirigeants dont Ernest-Antoine Seillière. Il leur reproche des pratiques d'intéressement douteuses qui l'auraient ruiné et amené au licenciement.

Wendel devra de nouveau faire face à la justice. Plus précisément, c'est devant le tribunal de commerce de Paris, ce jeudi, que le groupe devra se présenter après une assignation pour «faute» déposée par l'ancien directeur juridique du groupe, Arnaud Desclèves. Ce dernier, licencié depuis juin 2009, reproche à Wendel la mise en place de pratiques d'intéressement suspectes qui ont enrichi les anciens dirigeants au détriment des managers dont il faisait partie. Sont donc également concernés par la plainte l'ancien président du conseil de surveillance, Ernest-Antoine Seillière, et l'ancien président du directoire, Jean-Bernard Lafonta.

De rachats en rachats

Les faits remontent à mai 2003. A cette date, Wendel souhaite absorber la société Legrand. Pour cela, l'équipe dirigeante monte une structure, la Compagnie de l'Aurette, avec douze cadres. Wendel leur promet un intéressant retour sur investissements. La mise de départ n'est «que» de 14.208 euros pour Ernest

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant