Weidmann (Buba) inquiet pour les réformes en France et en Italie

le
0

BERLIN, 23 janvier (Reuters) - Le nouveau plan d'achats d'actifs de la Banque centrale européenne (BCE) risque de dissuader certains pays, comme la France et l'Italie, d'engager les réformes économiques nécessaires, a déclare Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, dans un entretien au quotidien Bild rendu public vendredi. "Il est clair que les achats (d'obligations d'Etat) vont réduire la pression sur des pays comme l'Italie et la France", a dit Jens Weidmann dans cet entretien à paraître samedi. "Mais il serait dangereux de ne pas poursuivre sur la voie des réformes déjà empruntée", a-t-il ajouté. Il a par ailleurs minimisé le risque de déflation dans la zone euro, pourtant l'une des justifications du plan d'assouplissement quantitatif (QE) annoncé jeudi par la BCE. "Le risque de déflation, d'une spirale dangereuse de baisse des prix et des salaires, est très faible", a-t-il dit avant d'ajouter que la baisse des prix de l'énergie était un élément de soutien. "C'est une bonne chose parce que cela apporte aux entreprises et aux consommateurs un soulagement qui peut se mesurer en milliards d'euros", a-t-il expliqué. (Erik Kirschbaum et Michael Nienaber, Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant