Weidmann (BCE) avertit contre une montée des primes de risque

le
0
    * Une longue période de taux bas comporte des 
risques-Weidmann 
    * La BCE doit prendre en compte les déséquilibres 
financiers, dit-il 
    * Schäuble dit que les taux bas doivent être temporaires 
 
 (Actualisé avec précisions et commentaires de Schäuble) 
    ELTVILLE (Allemagne), 10 juin (Reuters) - Le maintien de 
taux ultra-bas par la Banque centrale européenne (BCE) pendant 
une période prolongée pourrait augmenter la probabilité 
d'assister à une brusque envolée des primes de risque et les 
responsables de la politique monétaire doivent prendre en compte 
les déséquilibres financiers, a déclaré vendredi le président de 
la Bundesbank, Jens Weidmann. 
    La BCE s'attend à ce que ses taux restent très bas pendant 
des années, ce qui incite les investisseurs en quête de 
rendements à se tourner vers des actifs à risque et peut 
déboucher sur la création de bulles spéculatives dont 
l'éclatement est susceptible de provoquer un retournement brutal 
des marchés. 
    Mais les responsables de la politique monétaire tendent à 
minimiser ce risque, en notant qu'aucun signe ne traduit pour 
l'instant l'existence de bulles, et à privilégier la relance de 
l'inflation.  
    "Ils (les gérants de portefeuilles) pourraient devenir de 
plus en plus nerveux à mesure que les responsables de la 
politique monétaire tenteront de maintenir leur politique de 
taux d'intérêt bas", a déclaré Jens Weidmann lors d'une 
conférence de presse.  
    "Cela pourrait augmenter la probabilité d'une soudaine 
hausse des primes de risque à mesure que cette communication 
avancée se prolonge et que l'assouplissement quantitatif devient 
plus massif."     
    Membre du conseil des gouverneurs de la BCE, Jens Weidmann a 
ajouté qu'un tel risque devait être pris en compte dans la 
fixation des taux afin d'éviter des conséquences indésirables. 
    "Je ne suis pas en faveur d'un double mandat de politique 
monétaire mais e suis convaincu que la politique monétaire ne 
peut pas rester en retrait lorsque les déséquilibres financiers 
s'accumulent", a-t-il dit. "Il serait sage que la politique 
monétaire prenne en compte les implications des déséquilibres 
financiers sur la stabilité des prix." 
    Il a souligné que la meilleure défense contre les 
déséquilibres financiers consistait à renforcer les banques. 
    La BCE a fait l'objet de vives critiques de la part de la 
classe politique allemande qui reproche à sa stratégie de taux 
ultra-bas de créer un manque à gagner pour les épargnants et les 
fonds de retraite, confrontés à la chute des rendements. 
    "Le gouvernement allemand pense que les taux d'intérêt bas 
devraient rester un phénomène temporaire", a dit le ministre de 
Finances, Wolfgang Schäuble, dans un entretien publié vendredi 
par le quotidien Handelsblatt. 
    Il a ajouté que le gouvernement était en train d'évaluer les 
effets négatifs de la faiblesse des taux d'intérêt. 
 
 (Balazs Koranyi, Juliette Rouillon pour le service français, 
édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant