Weidmann (BCE) attend une inflation plus forte que prévu en 2017

le , mis à jour à 18:36
0
 (Répétition titre) 
    FRANCFORT, 1er mars (Reuters) - L'inflation en zone euro 
pourrait être nettement plus forte que prévu en 2017, mais elle 
s'affaiblira en fin d'année, a déclaré mercredi le président de 
la Bundesbank, Jens Weidmann, faisant valoir qu'une politique 
monétaire accommodante reste appropriée malgré une l'inflation 
allemande à un pic de quatre ans et demi.        
    Dans ce contexte d'inflation croissante et à l'approche des 
élections fédérales allemandes, la pression s'accroît pour une 
normalisation de la politique monétaire en Europe.  
    Mais la Banque centrale européenne (BCE) a résisté jusqu'à 
présent, soulignant que la croissance est fragile et que les 
élections à venir assombrissent les perspectives. Elle ajoute 
que la hausse de l'inflation n'est que temporaire et qu'il 
faudra des années avant qu'elle ne se rapproche durablement de 
son objectif d'une évolution des prix proche mais légèrement 
inférieure à 2% en rythme annuel. 
    "Dans l'hypothèse où les prix du pétrole n'augmentent pas 
davantage (...) l'inflation cette année devrait être largement 
supérieure au taux prévu jusqu'à présent; pour l'Allemagne, une 
révision en hausse d'environ un demi-point de pourcentage est 
attendue, et cela pourrait aussi être le cas pour la zone euro 
dans son ensemble", a dit le président de la Bundesbank, qui 
siège au conseil des gouverneurs de la BCE, dans un discours 
prononcé à la banque centrale de Slovénie à Ljubljana. 
    La BCE table sur une inflation dans la zone euro à 1,3% 
cette année, un taux qui sera très certainement revu en hausse 
lors de l'annonce de ses nouvelles prévisions jeudi 9 mars.  
    En Allemagne, selon la première estimation officielle 
publiée mercredi, l'inflation s'est encore accélérée en février, 
à 2,2%, son rythme le plus élevé depuis août 2012, qui dépasse 
l'objectif de 2% de la BCE. Les économistes interrogés par 
Reuters prévoyaient en moyenne une hausse de 2,1%.    
    L'augmentation des prix de l'énergie et des produits 
alimentaires a été le principal moteur de l'accélération globale 
de l'inflation en février, montre le détail des statistiques. 
    Pour l'ensemble de la zone euro, l'inflation est prévue à 
2,0% en février, après 1,8% en janvier, selon des économistes 
interrogés par Reuters. Cet indicateur sera publié jeudi. 
    "La hausse de l'inflation en Allemagne conforte l'idée que 
les préparatifs en vue d'une sortie de la politique monétaire 
ultra-accommodante doivent commencer en Europe", a dit le 
responsable de l'institut Ifo, Clemens Fuest, au journal FAZ. 
    "Si ces chiffres sont confirmés pour la zone euro dans son 
ensemble, la BCE devrait réduire son programme de rachat 
d'obligations de 10 milliards d'euros par mois à partir 
d'avril", estime-t-il. 
    Mais d'autres économistes de premier rang ont volé au 
secours de la BCE, jugeant qu'il est trop tôt pour inverser 
l'orientation de la politique de la banque centrale. 
    "Les appels de l'Allemagne pour que la BCE modifie sa 
politique monétaire sont dans l'erreur et prématurés", dit 
Marcel Fratzscher, responsable de l'institut de recherche DIW. 
 
 (Balazs Koranyi et Michael Nienaber, Juliette Rouillon pour le 
service français, édité par Marc Joanny) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant