Weibo, le "Twitter chinois", espère lever jusqu'à 437 millions à Wall Street

le
0
Weibo, le "Twitter chinois", espère lever jusqu'à 437 millions à Wall Street
Weibo, le "Twitter chinois", espère lever jusqu'à 437 millions à Wall Street

Weibo, considéré comme le "Twitter chinois", compte lever entre 340 et 437 millions de dollars lors de son entrée à la Bourse de New York, selon une fourchette de prix dévoilée vendredi, et resserrer ses liens avec un autre groupe chinois, Alibaba.Le projet initial du réseau social, publié mi-mars, citait un objectif de levée de fonds plus ambitieux, de 500 millions de dollars.Dans un projet actualisé consultable vendredi sur le site du gendarme boursier américain, Weibo dit finalement vouloir introduire 20 millions de certificats de dépôt (American Deposit Shares, ADS) sur la plateforme électronique Nasdaq, pour un prix unitaire compris entre 17 et 19 dollars. Il prévoit en cas de forte demande une option de surallocation portant sur 3 millions d'ADS supplémentaires.Le document précise aussi que parallèlement à l'entrée en Bourse, le géant chinois du commerce en ligne Alibaba, qui a pris l'an dernier une participation d'environ 18%, achètera lors d'un placement privé un peu plus de 3 millions de titres de Weibo qu'il paiera au prix d'introduction.Alibaba compte aussi exercer au même moment une option pour porter sa participation à 30%, prévue lors de son entrée au capital l'an dernier.Au total, via sa filiale à 100% Ali WB, il "détiendra 32,0% de nos actions ordinaires" (correspondant à 15% des droits de vote) et Alibaba pourra nommer un représentant au conseil d'administration, précise Weibo dans son document boursier.La maison mère de Weibo, le géant internet chinois Sina, devrait pour sa part conserver après l'entrée en Bourse 56,9% du capital et 79,9% des droits de vote, selon le même document.La date de première cotation des titres, qui seront identifiés par le symbole boursier "WB", n'est pas encore déterminée.Weibo a été lancé en août 2009, avec un modèle de fonctionnement qui rappelle énormément celui de Twitter, alliant des services de microblogs et des fonctionnalités de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant