WebForce 3, une école pour devenir développeur

le
0
WebForce 3, une école pour devenir développeur
WebForce 3, une école pour devenir développeur

« Dans INIT tu as créé une variable globale ? » La question claque dans la salle de cours, incompréhensible pour le commun des mortels. Mais pour Maxime Vasse, le professeur de...... ans et ses élèves, c'est un langage. La promotion de seize étudiants écoute religieusement derrière les ordinateurs. Ils s'appellent Claire, Clément ou Stéphane, ils sont tous là pour se former au métier de développeur intégrateur. Un passeport pour l'emploi pour la plupart des étudiants de WebForce 3.

Cette école -- située rue Geoffroy-L'Asnier à Paris (IVe)--qui forme aux langages informatiques Html5., CSS3, Mysql ou Php avancé est née d'un manque. Une pénurie de main-d'œuvre dans les métiers du numérique. Alain Assouline, président et fondateur de l'agence de communication interactive les Argonautes, est à l'origine de ce projet. « J'ai eu cette idée pour répondre à mes besoins d'entrepreneur. Je ne trouvais pas de développeurs intégrateurs vraiment qualifiés. Dans mon entreprise, j'avais toutes les compétences pour créer un programme éducatif. J'ai eu juste à les mettre au service d'une formation », explique-t-il. Selon le Syntec, le syndicat professionnel du numérique, cette filière devrait fournir plus de 50 000 postes dans les années à venir en France, dont pas moins de 16 000 développeurs intégrateurs.

Pour Alain Assouline, son école n'est pas seulement un moyen de lutter contre le chômage mais permet aussi de s'attaquer au décrochage scolaire. « Je suis arrivé du Maroc à 12 ans. Je suis un décrocheur moi-même. En France, il y a plein de jeunes qui ont toutes les capacités pour ces métiers-là. Je peux leur amener un boulot. » WebForce3 a ouvert en janvier 2014 à Paris, et ses premières sessions ont rempli leurs missions : 100% de retour à l'emploi ou d'emploi après une période de stage. La formation dure trois mois et demie et compte 490 heures, pour un prix de 3 300 €. Une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant