Waze, histoire israélienne à succès et objet de controverses

le
0
Waze, histoire israélienne à succès et objet de controverses
Waze, histoire israélienne à succès et objet de controverses

Waze, application de navigation routière, est une success story israélienne qui revendique des millions d'utilisateurs dans le monde après son rachat par Google. L'incursion inopinée de soldats dans un camp palestinien est la dernière controverse en date à laquelle elle ait à faire face.Waze est une application pour smartphones et tablettes reposant sur un système GPS et délivrant en temps réel les trajets les plus rapides à partir des informations fournies par les utilisateurs eux-mêmes sur les embouteillages, les accidents, les contrôles policiers ou les raccourcis.L'application a été créée par deux Israéliens et a remporté un prix majeur au salon de la téléphonie mondiale Mobile World Congress en 2013, avant d'être achetée la même année par Google pour plus d'un milliard de dollars.Waze se décrit lui-même comme "la plus grande application communautaire de circulation et de navigation au monde".Son nom s'est retrouvée mardi à la une des journaux quand deux soldats israéliens se servant de l'application pour circuler en Cisjordanie occupée sont entrés par erreur dans un camp de réfugiés palestiniens, déclenchant de violents heurts qui ont fait un mort palestinien et une quinzaine de blessés avant l'aube.Waze a assuré n'avoir rien à voir avec ces évènements et a rejeté la faute sur les deux soldats et l'utilisation qu'ils ont faite de l'application. Waze a connu la polémique par le passé.?Des habitants de rues jusqu'alors tranquilles de Los Angeles accusent l'application de leur pourrir la vie en redirigeant le trafic vers leurs quartiers. Des riverains en colère signalent alors des accidents de leur invention pour détourner la circulation, rapportent les médias américains. Waze dit ne rien faire d'autre qu'aider ses utilisateurs à gagner du temps.?Le chef de la police de Los Angeles accuse l'application d'aider les délinquants en signalant les présences policières. "Je m'inquiète pour la sécurité ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant