Waze, filiale d'Alphabet, teste le covoiturage dans la Silicon Valley

le
0
Waze, filiale d'Alphabet, teste le covoiturage dans la Silicon Valley
Waze, filiale d'Alphabet, teste le covoiturage dans la Silicon Valley

L'application mobile de navigation routière Waze, filiale du géant internet américain Alphabet (Google), a lancé lundi un programme pilote de covoiturage dans la région de San Francisco, disant vouloir contribuer à réduire les embouteillages aux heures de pointe dans la Silicon Valley.Le programme pilote est pour l'instant réservé aux salariés d'une série d'entreprises de la baie de San Francisco. Ils peuvent s'inscrire sur Waze pour être prévenus quand quelqu'un veut faire le même trajet qu'eux, ce qui "facilite le covoiturage avec des voisins et des collègues qu'on connaît ou qu'on n'a pas encore rencontrés", fait valoir l'application sur son site internet.Waze, créée par deux Israéliens, avait été achetée en 2013 par Google pour plus d'un milliard de dollars.Waze Carpool n'a pas pour objectif de fournir une source de revenus aux conducteurs, qui ne peuvent utiliser la fonctionnalité que deux fois par jour, pour aller travailler le matin et rentrer chez eux le soir, et sont uniquement compensés pour leurs coûts de carburant (par l'intermédiaire de l'application).Cela n'entre donc pas en concurrence frontale avec un service de réservation de voiture avec chauffeur comme Uber, dont le géant internet avait été un des premiers actionnaires via sa filiale d'investissement Google Ventures.Mais cela pourrait toutefois contribuer à rafraîchir les relations entre les deux entreprises, qui rivalisent déjà sur des projets visant à développer des voitures autonomes, sans chauffeur. Google a par ailleurs annoncé lundi le lancement d'une nouvelle application baptisée "Spaces", un genre de service de messagerie de groupe censée permettre à des utilisateurs de partager facilement des contenus trouvés en ligne et d'en discuter entre eux."Des clubs de lecture aux recherches de logement et aux excursions pendant le week-end, réunir des amis sur la même application peut être difficile. Partager des choses implique ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant