Wauquiez : "Une partie de la classe politique est prisonnière de sa lâcheté"

le
1
Pour Laurent Wauquiez, Michel Houellebecq est l'un des grands écrivains de notre temps. Il a compris une société qui jusque-là a choisi l'autodestruction, affirme-t-il.
Pour Laurent Wauquiez, Michel Houellebecq est l'un des grands écrivains de notre temps. Il a compris une société qui jusque-là a choisi l'autodestruction, affirme-t-il.

Le Point : Depuis la Manif pour tous et le succès du livre de Zemmour, on a le sentiment que la doxa dominante est pour la première fois depuis longtemps passée à droite. Êtes-vous d'accord avec cette affirmation ? Laurent Wauquiez : J'en suis convaincu. Il y a une bascule : on a un pays qui, depuis trente ans, était marqué par une pensée dominante de gauche. Aujourd'hui, tout le monde constate que nous allons dans le mur, économiquement, socialement, donc cela crée un sursaut. Un certain nombre de personnes disent : "On en as ras le bol de cette pensée de pseudo modernité de gauche qui prétend qu'il faut faire ça parce que c'est moderne." Des débats qui jusqu'à présent étaient pris dans une espèce de gangue se rouvrent parce que le pays va tellement mal que plus personne ne peut accepter cette dictature idéologique de toute la mouvance Terra Nova et compagnie. Cette libération est intéressante. Je suis convaincu que nous sommes dans une époque comparable à l'entre-deux-guerres et à ce que Marc Bloch appelait "l'étrange défaite". La France tombe car elle n'arrive pas à penser le monde nouveau qui l'entoure. Une partie de ses élites, de ses politiques, de ses intellectuels, n'a pas le courage de secouer la poussière et de penser différemment. C'est ma principale crainte pour le pays : notre incapacité à penser le communautarisme qui nous ravage, notre incapacité à réimaginer le système social, notre incapacité...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 26 fév 2015 à 08:36

    JPi - "(Une partie de) L'ensemble de ses élites, de ses politiques, de ses intellectuels, n'a pas le courage de secouer la poussière et de penser différemment et de renoncer à leurs privilèges acquis et cumulés au fil des ans.